Depuis la présidentielle, les partis proposent de faciliter les démarches de vote par procuration, parfois en quelques clics sur Internet. Effort salué, malgré quelques limites.

Avant les législatives, les sites internet des partis s'organisent pour trouver des mandataires aux électeurs qui votent la procuration
Avant les législatives, les sites internet des partis s'organisent pour trouver des mandataires aux électeurs qui votent la procuration © AFP / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Les candidats ont bien retenu la leçon : déjà capital lors du scrutin présidentiel, le vote par procuration constitue une réserve de voix non négligeable. Après les dysfonctionnements signalés pendant les élections, les différents partis ont décidé de peaufiner le système, pour repartir à l’assaut des législatives.

A Paris, Benjamin Griveaux, porte-parole de la République en Marche et Candidat aux élections législatives dans la 5ème circonscription de Paris (3ème et 10ème arrdt), a saisi toute l’importance de la démarche :

Quelle différence avec un vote par procuration classique ?

Sans passer par un parti, il vous faut vous procurer, en ligne ou dans un commissariat ou le tribunal d'instance (de son domicile ou de son lieu de travail), le formulaire Cerfa n° 14952, le remplir, trouver vous-même un mandataire qui respectera vos intentions de vote, et donc lui faire une confiance aveugle.

Avec le système de procuration "accompagnée", le parti de votre choix vous propose de vous inscrire en ligne, et vous met en relation avec une personne dans ses rangs, un militant ou simple adhérent, qui votera pour les mêmes convictions politiques. Les interfaces sont à peu près toutes les mêmes : on clique, on s’inscrit en laissant nom, adresse, mail et numéro de téléphone. Quand le parti a trouvé un volontaire, le mandataire et le mandant reçoivent chacun un email qui les met en relation, ce qui n'épargne toutefois pas la paperasse : il faudra toujours remplir le formulaire Cerfa n° 14952, le déposer auprès de l'administration, et le partager avec son mandataire ( au mieux en pj par mail, au pire par la poste).

Comment ça marche dans les partis ?

Chez France Insoumise, l’inscription est indispensable dès l’entrée sur le site, avant même d’entamer la démarche.

Page d'accueil du site de vote par procuration de France Insoumise
Page d'accueil du site de vote par procuration de France Insoumise © Capture d'écran

La page d’accueil dédiée du site en-marche.com propose, elle, de se porter mandataire pour d’autres électeurs, avec deux choix possibles pour cliquer : "Je me porte mandataire" ou bien "Je ne suis pas présente à une ou plusieurs dates des élections", et incite donc aussi à jouer les relais pour le parti d’Emmanuel Macron.

Le Front National ou le Parti Socialiste proposent également de remplir un formulaire, et de trouver à votre place un électeur du même bord, disponible pour recevoir votre procuration.

Pourquoi ça peut coincer ?

Plusieurs raisons peuvent refroidir les adeptes de démarches sur internet : celle, d’abord, de confier son vote à un parfait inconnu, même s’il est du même bord politique. Certaines voix soulevaient déjà la difficulté à prouver la bonne foi des mandataires qui se déclarent sur les sites qui proposent ce système : impossible, dans le secret de l’isoloir, de débusquer par exemple un sympathisant du FN inscrit sur le site des mandataires de En Marche ! dans le but de détourner une voix.

Le nombre de mandataires disponibles aussi peut poser problème : si le parti de votre choix peine à vous trouver une personne-relais dans votre commune, cela peut retarder des démarches déjà assez longues. En théorie, vous pouvez déposer une procuration jusqu’à la veille du scrutin…ce qui est évidemment sans compter les embouteillages rencontrés par l’administration pour traiter chaque demande.

Enfin, le vote par procuration peut aussi rebuter les adeptes de la "data-discrétion" : tous ces formulaires à remplir sont autant de données personnelles récupérées dans les fichiers de campagne de chaque parti…qui pourront sans aucun doute resservir dans un avenir proche.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.