C’est le cauchemar de Marine Le Pen : entendre son père relativiser l’antisémitisme. Le fondateur du FN estime sur son blog que la profanation du cimetière alsacien, lundi dernier, est une "bonne opération de com". Sur le même sujet, au micro de France Inter, il tient des propos complotistes.

Entre complotisme et relativisation de l'antisémitisme, Jean-Marie Le Pen arrive à nouveau à miner la campagne de Marine Le Pen
Entre complotisme et relativisation de l'antisémitisme, Jean-Marie Le Pen arrive à nouveau à miner la campagne de Marine Le Pen © Radio France / Maxence Lambrecq

Jean-Marie Le Pen ne rate rien de l’actualité, et continue de chercher partout des complots. Le fondateur du FN a observé avec attention la profanation du cimetière alsacien, intervenue lundi dernier, et dans son journal de bord de vendredi, il affirme que les croix gammées qui ont été dessinées sur les tombes sont "très propres, elles n'ont pas de bavures". "C'est impeccable, c'est fait certainement par des spécialistes, on voit à peu près d'où ils peuvent venir", ajoute-t-il.

"Comme par hasard"

"S'il y avait de l'antisémitisme en France, ce genre d'opérations aurait eu lieu dans 300, ou 500, ou 1000 cimetières", enfonce-t-il sur son blog. Le fait que cette profanation ait "lieu dans un seul cimetière, et justement, comme par hasard, la veille de la manifestation, c'est une bonne opération de comm, d'autant qu'il y avait le surlendemain le dîner du Crif", dit Jean-Marie Le Pen, volontiers complotiste.

L'avant veille, mercredi, France Inter avait pu interviewer Jean-Marie Le Pen dans ses bureaux de Montretout. Et déjà il avait tenu des propos douteux sur la profanation du cimetière alsacien. "J’ai trouvé ça assez étonnant que ce saccage du cimetière, très organisé, très professionnel, ait lieu la veille de cette réunion populaire", a-t-il dit à notre micro. 

Et l'ancien chef du FN de faire un parallèle avec la profanation du cimetière de Carpentras, en mai 1990. Le FN avait alors été dans le viseur des autorités. "Il a été démontré que Carpentras était une affaire totalement manipulée" dit-il aujourd'hui. Un épisode sur lequel il va revenir dans le tome 2 de ses mémoires.

Toujours au micro de France Inter, Jean-Marie Le Pen considère que cette récente mobilisation contre l'antisémitisme "paraît très artificielle". "Le fait qu’un individu ait interpellé Finkielkrault, ça ne signifie pas qu'en France, il y ait une vague d'antisémitisme, dit-il, c’est un incident mineur, ce n’est pas une manifestation politique"

"Toute l'argumentation contre l'antisémitisme, c'est en fait un jeu de billard destiné à toucher d'autres gens que ceux dont on parle" Jean-Marie Le Pen

Un chapitre sur le "détail"

C'est une information France Inter. Dans ses mémoires, Jean-Marie Le Pen va consacrer un chapitre entier au "détail". Une sortie qu’il assume encore pleinement. "Un détail, c’est l’élément d’un ensemble" a-t-il écrit. "L’offensive de l’URSS, aussi, c’est un détail de l’Histoire de la Seconde Guerre. Moi, les chambres à gaz, je n’en ai jamais vu" ose-t-il encore répéter. 

Conscient de la polémique que ces pages vont susciter, Jean-Marie Le Pen a décidé de décaler la sortie de son livre, d'attendre les élections européennes du mois de mai. Le tome 2 devrait être disponible en librairie mi-septembre pour ne pas venir perturber la campagne de sa fille.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.