[scald=97483:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a déposé lundi une proposition de loi pour lutter contre le démantèlement des entreprises françaises, alors que le président-candidat Nicolas Sarkozy s'est engagé à sauver les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal.

La sauvegarde de l'emploi industriel national s'imposant comme l'un des thèmes dominants de la présidentielle, le candidat socialiste, qui est député de Corrèze, avait annoncé vendredi dernier son projet de texte lors d'une visite au site sidérurgique de Florange (Moselle).

La proposition de loi, cosignée par Laurent Fabius et les deux députés PS de la Moselle, Aurélie Filipetti et Michel Liebgott, vise "à garantir la poursuite de l'activité des établissements viables notamment lorsqu'ils sont laissés à l'abandon par leur exploitant".

"Cette loi permettra qu'une entreprise envisageant la fermeture d'un site industriel au sein de son groupe, soit obligée d'examiner toutes les propositions de reprise qui lui sont soumises", a expliqué Benoît Hamon, le porte-parole du PS, lors de son point de presse hebdomadaire.

François Hollande, qui milite pour le "patriotisme industriel", entend ainsi empêcher que "des comportements destructeurs ne déstabilisent des territoires entiers". "Face à la désindustrialisation, le pouvoir actuel a fait assaut de paroles mais peu agi", peut-on lire en préambule de la proposition de loi.

"A l'approche des échéances électorales, ses promesses apparaissent d'autant plus vaines face à l'inquiétude de milliers de salariés", est-il écrit.

Nicolas Sarkozy a déclaré lundi sur RTL que l'Etat était prêt à investir 150 millions d'euros pour relancer l'activité du site de Florange, candidat au projet européen de démonstrateur de capture de CO2 dans la sidérurgie, le projet Ulcos.

Les travaux de l'Assemblée s'interrompant le 6 mars pour cause de campagne électorale et la droite y détenant la majorité absolue, l'initiative de François Hollande a peu de chances d'aboutir.

Emile Picy avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.