Au jeu des pubs politiques sponsorisées, les élus RN au Parlement européen semblent être les grands gagnants face aux autres groupes politiques : la délégation française du groupe "Identité et démocratie" a déboursé plus de 70 000 euros depuis mars 2019 selon les données de Facebook.

Les députés français du RN au Parlement européen ont dépensé 70 000 euros pour sponsoriser des publications Facebook depuis mars 2019.
Les députés français du RN au Parlement européen ont dépensé 70 000 euros pour sponsoriser des publications Facebook depuis mars 2019. © Radio France / Julien Pasqualini

Sur Facebook, les élus européens du Rassemblement national ne comptent pas leurs dépenses. Comme l'a noté la Lettre A mardi, les euro-députés français du groupe "Identité et démocratie" (qui rassemble les élus classés à l'extrême-droite, eurosceptiques ou nationalistes) ont dépensé plus de 70 000 euros pour promouvoir leurs publications sur le réseau social ainsi que sur Instagram, le tout en un peu plus d'un an. Tandis que le groupe qui compte les macronistes dans ses rangs, Renew, n'a déboursé qu'une centaine d'euros à peine pour sa page Facebook en France.

Ces dépenses sont "complètement assumées", assure l'un de ces députés à France Inter et les dernières en date sont récentes : plus de 1 000 euros déboursés ces derniers jours (entre le 10 et le 16 mai), d'après la Bibliothèque publicitaire de Facebook, outil mis en ligne depuis mars 2019 pour l'Europe. 

Le principe est simple : chaque propriétaire de page peut miser de l'argent sur l'une de ses publications pour lui permettre d'être affichée sur le plus d'écrans possible, selon un certain nombre de critères de ciblage. Et pour chaque page qui a recours à la publicité ciblée et pour chaque contenu concerné, Facebook indique une idée approximative du montant dépensé par l'annonceur dans le pays sélectionné, la durée de la campagne et en particulier pour les posts sponsorisés portant sur un enjeu social, électoral ou politique. À cette petite bataille là, les élus RN sont donc les champions.

Des dépenses bien supérieures aux pages des autres groupes du Parlement

Particularité pour la France, le groupe "Identité et démocratie" (qui regroupe Nicolas Bay, Gilbert Collard ou Jordan Bardella) dispose d'une page spécialement pour sa délégation française. Ce n'est pas le cas des quatre autres principaux groupes du Parlement européen. 

Si l'on compare les dépenses publicitaires entre mars 2019 et le 16 mai 2020 (la plage fournie par Facebook), 70 041 euros ont dont été dépensés pour sponsoriser et mettre en avant des posts de cette page française. 

C'est largement au-delà des dépenses en France des pages des autres groupes qui ont recours à ce procédé : 

  • les sociaux-démocrates ont dépensé 3 852 euros pour partager plusieurs campagnes, notamment au moment de l'anniversaire de la chute du mur de Berlin ou des élections européennes ;
  • le groupe "Renew" qui compte dans ses rangs les élus LaREM au Parlement européen a dépensé moins de 100 euros pour trois publicités en mai 2019. 

Les autres grands groupes – le Parti populaire européen, majoritaire ou les Verts – n'ont pas déboursé un seul euro en France pour ce genre de publications sponsorisées.

Quels contenus ? 

Alors quels sont, pour le groupe des élus RN au Parlement européen, les publications ciblées ? Les plus récentes, diffusées le 18 mai, pointent du doigt la France insoumise et le Parti socialiste. Une vidéo dénonce leur vote pour "la suppression d'un amendement hostile au jihadisme et à la radicalisation".   

Le RN partage également des extraits des interventions de ses députés, comme Nicolas Bay ou Thierry Mariani. Début mai, une campagne de promotion diffusait aussi un clip au montage et à la musique angoissante dénonçant le fait "qu'en plein coeur de la crise du coronavirus, l'Union européenne distribue l'argent des Français et des Européens pour favoriser l'immigration massive et pour financer un état mafieux : l'Albanie !"

Selon nos calculs, les publications sponsorisées depuis le début du mois de mai s'affichent en moyenne sur 150 000 écrans pour quelques centaines d'euros à chaque post. Ce sont globalement surtout des hommes qui sont touchés, principalement dans les régions Nord-Pas de Calais et en PACA. 

"J'assume pleinement de dépenser cet argent"

Face à ces chiffres et surtout au décalage avec les autres groupes politiques, le président de la délégation française du groupe "assume pleinement" auprès de France Inter "de dépenser cet argent prévu par le Parlement européen"

"Il donne à chaque parlementaire des moyens pour communiquer sur la politique menée. Le RN et la délégation française ont décidé de mettre la majeure partie sur la communication collective (...) et la meilleure façon de faire connaître nos actions c'est de travailler les réseaux sociaux. Il faut faire mais aussi faire savoir ce que l'on fait", estime Jérôme Rivière, ex-UMP et désormais député européen pour le Rassemblement national. 

Pour sa part, Jérôme Rivière a dépensé plus de 3 400 euros en publicité sur sa page personnelle qui regroupe moins de 10 000 abonnés, contre 6 000 pour son collègue Nicolas Bay (73 512 abonnés) ou près de 7 000 pour l'ancienne tête de liste, Jordan Bardella (73 438 abonnés). À titre de comparaison, Marine Le Pen (qui n'est plus députée européenne mais fédère plus de 1 500 000 likes sur sa page) n'a dépensé que 100 euros en un an.  

Jérôme Rivière s'étonne d'ailleurs que les autres partis n'utilisent pas plus la promotion de posts Facebook. "Peut-être ont-ils honte de la politique qu'ils mènent en Europe... J'ai souvent repéré que la politique menée à Bruxelles n'était pas celle dont ils font la promotion en France...", ajoute-t-il.  

La page Facebook du RN utilise aussi beaucoup la pub sponsorisée

Au-delà de l'Union européenne – qui dépense d'ailleurs des sommes colossales dans ces posts sponsorisés, plusieurs millions d'euros en un an pour les pages du Parlement ou de la Commission –, le Rassemblement national semble aussi être le parti qui utilise le plus cette stratégie au sein des formations politiques françaises historiques. 

Même si les montants sont bien loins de ceux au niveau européen, le RN a tout de même dépensé près de 9 000 euros pour de la publicité ciblée sur sa page Facebook, contre 5 000 euros pour le parti majoritaire. Viennent enfin LR (600 euros), Le Parti socialiste (134 euros) ou les Verts (100 euros).  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.