François Fillon et Vladimir Poutine
François Fillon et Vladimir Poutine © Radio France
Quelle mouche russe a donc piqué François Fillon ? L’ancien Premier ministre UMP, a profité d’un déplacement en Russie, jeudi, pour saluer "le rôle positif" de la Russie dans le conflit et pour critiquer la position de la France à propos de la Syrie devant Vladimir Poutine qui défend depuis toujours le régime syrien. François Fillon, déjà au centre d'une polémique sur le Front national, provoque de nouveaux remous. Traditionnellement les anciens premiers ministres s'abstiennent de critiquer la position de leur pays alors qu’ils se trouvent à l'étranger, surtout sur les dossiers les plus sensibles. L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy -promoteur en son temps du rapprochement avec les Etats-Unis- a choisi Moscou pour reprocher à François Hollande de s'être aligné sur la position de Barack Obama. François Fillon a souhaité "que la France retrouve cette indépendance et cette liberté de jugement et d'action qui, seules, lui confèrent une autorité dans cette crise". Une phrase qu'il a également tweetée. _A Moscou, la correspondance de Marc Crépin_
Dans sa réponse, Vladimir Poutine a lui aussi critiqué la France, notamment pour "l'intervention Française en Libye", oubliant peut-être qu'à l'époque le Premier ministre s'appelait François Fillon. ### Les réactions politiques ont été nombreuses à gauche Les propos de François Fillon ont fait réagir dès hier soir à gauche. François Rebsamen, président du groupe PS au Sénat, a regretté qu'après avoir inventé le vote pour "le moins sectaire", l'ancien Premier ministre choisit "Marine Le Pen et Vladimir Poutine" comme nouveaux amis, pour l'aider à mettre la main sur l'UMP". "Grave sur le fond", a tweeté le co-président des députés écologistes, François de Rugy. Pour Arnaud Leroy, député PS
tweet v Fillon
tweet v Fillon © radio-france
Autre tweet, du député PS Olivier Faure, proche du Premier ministre Jean-Marc Ayrault: "Fillon à Moscou pour critiquer la France, Hollande à Bamako pour la faire rayonner". Peu de réactions à droite, personne se semble vouloir dire publiquement que François Fillon aurait pu éviter de critiquer ouvertement la France devant Vladimir Poutine, **Carine Bécard**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.