une station du métro parisien
une station du métro parisien © CC Amaury Henderick

Depuis une semaine la polémique fait rage : la régie publicitaire de la RATP, que l’on sait prude et tatillonne dans son choix de campagnes publicitaires, a cette fois refusé qu'une affiche pour un concert du groupe Les Prêtres, puisse arborer la mention "au bénéfice des chrétiens d'Orient". La RATP, et sa régie Metrobus, invoquent le "principe de neutralité du service public" dans "le contexte d'un conflit armé à l'étranger".

Valérie Pécresse, administratrice du Syndicat des Transports d'Ile-de-France (STIF) et présidente du groupe d'études sur les chrétiens d'Orient de l'Assemblée Nationale a interpellé "solennellement" vendredi Ségolène Royal pour qu'elle intervienne comme ministre des Transports auprès de la RATP. Tandis que Laurent Lafon, chef de file de l'UDI au Conseil régional, interpelait Jean-Paul Huchon (PS) comme président du Stif.

Le président du Sénat Gérard Larcher (UMP) a même annoncé vendredi que le Sénat allait auditionner des responsables de la RATP, car selon lui : "Cette décision résulte d'une interprétation abusive du principe de laïcité".

Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde juge que "la RATP a fait une faute de jugement à deux titres: sur la laïcité et sur la solidarité".

Les voix à droite sont donc très nombreuse à s’indigner. Mais pas seulement.

Le député PS Gérard Bapt, président du groupe d'amitié France-Syrie, écrit :

La laïcité n'impose pas d'omettre le devoir de sa solidarité avec une minorité religieuse constituant une cible privilégiée de Daech et de ses alliés.

Le chef de file des sénateurs écologistes, Jean-Vincent Placé, se dit "sidéré" :

Je suis profondément républicain (...) Mais c'est honteux, je demande à la RATP de régler le problème dès demain.

Jean-Pierre Mignard, avocat et proche de François Hollande a twitté:

La coordination des chrétiens d'orient (CHREDO) a saisi en référé vendredi le tribunal de grande instance de Paris, l'audience aura lieu mercredi prochain. Devant la pression, la RATP a annoncé dans un premier temps qu'elle maintenait tout de même sa décision en attendant la décision de la justice. Mais samedi la RATP, a fini par proposer une nouvelle campagne d'affichage en mentionnant qu'elle est faite au profit de l'association L'Oeuvre d'Orient", association humanitaire de soutien aux minorités chrétiennes.

Trop peu et trop tard pour les milieux catholiques qui ont vivement réagi, dénonçant un dévoiement de la laïcité.

Pour Mgr Jean-Michel Di Falco Léandri, évêque de Gap, et créateur du trio musical Les Prêtres :

Tout le monde ne sait pas ce qu'est L'Oeuvre d'Orient. Est-ce que c'est le mot chrétien qui leur brûle les lèvres ? C'est invraisemblable, ça ne nous satisfait pas.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a tenté dimanche de calmer le jeu en parlant de "bévue de la RATP". Il s'est même amusé de la publicité que la polémique aura finalement procuré au concert...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.