Session plénière du conseil général d'Auvergne
Session plénière du conseil général d'Auvergne © MaxPPP

Elles étaient 22 en France métropolitaine avant la réforme du 16 janvier dernier. Les régions sont 12 aujourd'hui, 13 avec la Corse. 44,6 millions d'électeurs sont appelés aujourd'hui à voter pour leurs quelque 2000 futurs représentants régionaux. A quoi ressemblent et servent ces nouvelles régions ?

44,6 millions d'électeurs sont appelés aujourd'hui à voter pour leurs quelque 2.000 futurs représentants régionaux des 13 nouvelles régions. A quoi ressemblent-elles ? Probablement à des ensembles mastodontes, qui auront pour certains la taille de petits Etats. Leur population aussi, puisque certaines régions comme en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon ou Nord-Pas de Calais Picardie pouvant s'enorgueillir de rassembler près 6 millions d'habitants, la plus grande restant sans changement au classement l'Ile de France avec près de 12 millions.

La clause générale de compétence est supprimée

La réforme avait pour vocation annoncée de doper la compétitivité d'ensembles économiques qui alliés seraient plus à même de rivaliser au plan européen. Une innovation à souligner : la suppression de la clause générale de compétence. L'idée c'est de faire disparaître les doublons entre régions et départements. Les régions y gagnent notamment la main en terme de développement économique, le soutien aux petites et moyennes entreprises, l'aménagement durable du territoire.

Quid des noms ?

Les compétences transports des départements sont transférées aux régions ainsi que celles des collèges. Au-delà de la question des décrets d'application encore manquants, il s’avèrera aussi nécessaire de leur trouver… des noms. Les conseils régionaux voteront, charge au Conseil d’Etat de fixer les choses par décret avant le 1er octobre 2016.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.