l’ump a lancé une enquête pour trouver la source des fuites dans la presse
l’ump a lancé une enquête pour trouver la source des fuites dans la presse © reuters

Depuis vendredi soir et jusqu'à samedi soir 20h, les militants UMP sont invités à voter pour désigner leur nouveau président, successeur de Jean-François Copé. Un vote électronique qui aura coûté plus ou moins cher aux trois candidats.

Alors que quelque 268.000 militantsà jour de cotisation sont appelés à voter jusqu'à 20h00 samedi pour élire leur nouveau président, l'UMP a porté plainte dans la nuit de vendredi à samedi après des cyber-attaques contre son site internet en pleine élection en ligne du président du parti. Décidément, l'UMP coûte cher. Après Jean-François Copé, contraint de démissionner suite à l'affaire Bygmalion, trois candidats étaient en lice jusqu'à aujourd'hui pour prendre la tête du parti. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy, avec l'argent issu des dons, ont mené des campagnes très différentes, et plus ou moins coûteuses.

Pour gagner, faut-il dépenser ? On connaîtra la réponse dans la soirée.

Chiffres similaires, campagnes différentes

Hervé Mariton :

30 000 € / six mois de campagne

Bruno Le Maire :

220 000 € / cinq mois de campagne

Nicolas Sarkozy :

220 000 € / deux mois de campagne

Hervé Mariton, le premier à avoir affiché ses ambitions, a animé au total quelque 120 meetings en six mois. Le tout, pour la "modique" somme de 30 000 euros. Modique ? Oui, parce qu'elle n'a rien de comparable avec les 220 000 euros engagés pour cette même campagne par Bruno Le Maire, deuxième candidat à s'être lancé. Il comptabilise 95 déplacements en cinq mois et demi de terrain.Même chiffre pour le dernier compétiteur entré en lice : un peu plus de 220 000 euros, ce serait la facture payée par Nicolas Sarkozy. En tout cas d'après les informations rendues publiques. Car en réalité, son équipe refuse pour l'instant de dévoiler le chiffre exact des dépenses du candidat. On sait en tout cas qu'il a dépensé au moins autant que son concurrent, alors qu'il est entré en campagne il y a seulement deux mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.