Arrivé troisième au premier tour des élections régionales dimanche, l'écologiste Jean-Laurent Félizia, tête de la liste de "rassemblement écologique et social" (PS-EELV-PCF), a finalement accepté de se retirer lundi face à Renaud Muselier (LR) et à Thierry Mariani (RN).

Jean-Laurent Félizia, arrivé 3e aux régionales en Paca, se retire finalement au second tour pour faire barrage au RN
Jean-Laurent Félizia, arrivé 3e aux régionales en Paca, se retire finalement au second tour pour faire barrage au RN © AFP / Nicolas TUCAT

Pendant la campagne pour ces régionales 2021, Jean-Laurent Félizia avait laissé entendre qu'il tiendrait et ne se retirerait pas au soir du premier tour s'il arrivait troisième. Il a donc tenu jusqu'à ce lundi après-midi, où la pression a semble-t-il été encore plus forte que ce qu'il avait prévu. Avec 16,89% des voix, arrivant troisième derrière le candidat RN Thierry Mariani (36,38%), et le candidat Les Républicains, le sortant Renaud Muselier (31,9%), Jean-Laurent Félizia comptait bien maintenir sa liste au second tour dimanche prochain. Il a finalement renoncé, notamment sous la pression de son parti Europe Écologie Les Verts qui l'a menacé d'exclusion s'il se maintenait. Parti socialiste et Parti communiste l'avaient également appelé à se retirer pour faire barrage au RN. Plusieurs de ses colistiers auraient également envisagé de se retirer. Il annonce finalement lundi après-midi en conférence de presse, la voix étranglée d'émotion  :

L'issue de ce scrutin est trop incertaine. C'est un choix déchirant.

Je n'ai pas le droit de jouer avec le feu pour l'avenir de nos enfants, de nos petits-enfants. 

Pourtant, jusqu'alors, Jean-Laurent Félizia était resté droit dans ses bottes. "Nous n’avons pas proposé aux électeurs de la gauche et de l’écologie de voter pour leurs idées pour leur proposer ensuite de disparaître et de s’effacer pendant les six prochaines années", écrivait-il également.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Jean-Laurent Félizia avait même déclaré avant le scrutin, lors d'un débat face aux autres candidats le 16 juin qu'il "refusait d'être la voiture-balai de Monsieur Muselier"

Finalement, lundi après-midi il a affirmé, ému, en conférence de presse : "Je voterai Renaud Muselier".

Paysagiste, chef d'entreprise et élu local

Jean-Laurent Félizia, 52 ans, dirige son entreprise de paysagisme au Lavandou (Var). "Mouvements et Paysages" compte une trentaine de salariés. Il est conseiller municipal d'opposition dans cette commune de 5 000 habitants. 

Cet ingénieur paysagiste est adepte de la méditation et spécialiste de l'écosystème méditerranéen. Il est également pépiniériste, et vend des plantes provençales adaptées au climat méditerranéen. Depuis 2014, son équipe est paysagiste du Jardin des migrations à Marseille, au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), jardin emblématique présentant de multiples plantes méditerranéennes et surplombant la mer. Auparavant, Jean-Laurent Félizia était paysagiste pour la ville du Lavandou. 

Militant de longue date

Jean-Laurent Félizia a commencé en politique en prenant sa carte au Parti socialiste. Puis il a rejoint EELV en 2009. Il s'est présenté aux régionales de 2015 dans le Var. Loin des appareils de partis, Jean-Laurent Félizia est avant tout un écologiste de terrain. Selon Sébastien Barles, cadre d’Europe Écologie Les Verts et adjoint au maire de Marseille cité par le média local Marsactu :

C’est un écolo de cœur et de métier. Le lien direct au vivant, il connaît ! Il est un peu atypique dans le champ politique : empathique, méridional, bon vivant

Il a notamment à son actif la pétition sur la préservation du littoral qui a recueilli quelque 360 000 signatures en 2017.

"Un soldat qui part au front, armé d’une fourchette en bambou"

L'image de Jean-Laurent Félizia qui se dessine est celle d’un écologiste pragmatique aux prises avec le quotidien et la réalité. Inconnu du public, peu charismatique, et peut-être handicapé par son manque de notoriété. Selon Marsactu, "le landernau politique voit en lui un soldat qui part au front, armé d’une fourchette en bambou".

Pendant la campagne pour ces régionales 2021, Jean-Laurent Félizia avait laissé entendre qu'il tiendrait et ne se retirerait pas au soir du premier tour s'il arrivait troisième. Il a donc tenu jusqu'à ce lundi après-midi, où la pression a semble-t-il été encore plus forte que ce qu'il avait prévu. Il a pourtant affirmé lors de sa conférence de presse de retrait lundi en fin d'après-midi que ce n'était pas les pressions ("somme toutes dérisoires") qui l'avaient fait plier.