Le conseil national du mouvement, réuni ce dimanche à Paris, cherche un successeur à Christophe Castaner, nommé ministre de l'intérieur. Plusieurs figures de la macronie, notamment la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, ont déjà manifesté leur intérêt pour la fonction

Christophe Castaner a fait ses adieux au parti qui élira le 1er décembre un successeur
Christophe Castaner a fait ses adieux au parti qui élira le 1er décembre un successeur © Maxppp / IP3 / Vincent Isore

En attendant l'élection d'un nouveau délégué général le premier décembre prochain, c'est un intérimaire que devrait désigner ce dimanche le conseil national du mouvement réuni à Paris, c'est à dire le parlement de LREM, mais ça suffit pour qu'un un air de campagne flotte sur Paris La Villette. .

Si  la succession ne se joue pas officiellement ce dimanche - l'ouverture des candidatures aura lieu le 29 octobre - c’est en revanche un défilé des candidats potentiels.

Le risque de division

Un défilé, mais pas de guerre intestines à l’horizon promet la secrétaire d’État Marlène Schiappa. Elle fait partie de ceux qui réfléchissent sérieusement au poste de délégué général. Reste à savoir si ce serait tenable avec son poste actuel au sein du gouvernement. 

"C’est une vraie question" explique Marlène Schiappa. "Ça fait partie justement des choses qui me font réfléchir, peut-être si je n'étais pas membre de gouvernement je réfléchirais moins. Vous savez que l'égalité femme-homme c'est vraiment le combat de ma vie, c'est ce qui me fait avancer, donc effectivement il y a une feuille de route dense et ça mérite de se poser la question sincèrement. Pour être honnête à la fois vis-à-vis du gouvernement d'Édouard Philippe auquel j'appartiens, mais aussi vis-à-vis des marcheurs et de leur dire sincèrement et honnêtement : 'voilà le temps et les forces dont je disposerai'. Ça fait partie des éléments de réflexion effectivement."

Stéphane Travert ne se pose plus la question. L'ex ministre de l’agriculture récemment débarqué, a fait ce dimanche sa première réapparition publique et ne s’en cache pas :  pas question pour lui d’être simple député, il veut faire partie de la machine, que ce soit au poste de délégué ou avec une mission spécifique. On parle notamment des territoires.

Stéphane Travert, Marlene Schiappa mais aussi les députés Pierre Person ou Stanislas Guerini. Autant de noms qui fusent donc ici pour remplacer un Christophe Castaner, qui fait ses adieux au parti, le laissant quelques semaines sans tète ou plutôt entre les mains d'un communicant : Philippe Grangeon, proche d'Emmanuel Macron, qui a été choisi pour assurer l'intérim à la tête du parti présidentiel.

L’élection du prochain délégué général aura lieu le 1er décembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.