Mathieu Gallet et Fleur Pellerin
Mathieu Gallet et Fleur Pellerin © Chamussy/SIPA - Witt/SIPA

Invitée de France Culture ce mercredi matin, la ministre de la Culture à répondu au PDG de Radio France et aux syndicats qui ont proposé mardi en CCE une alternative au plan de départs volontaires annoncé par Mathieu Gallet.

Il y a une semaine, Mathieu Gallet confirmait dans le Monde, sa volonté de mettre en place un plan de départs volontaires (PDV) dont il donnait officiellement le nombre :

Le retour à l’équilibre en 2017, tel que demandé par la tutelle, nous amène à envisager un éventuel plan de départs volontaires de 350 postes,

Une position que le PDG de Radio France a tenu fermement mardi, lors du CCE extraordinaire, face à des syndicats qui présentaient une alternative à ce PDV. Selon les élus, aidés par leur expert, le plan de départs volontaires estimé à 28 millions d'euros, serait évitable à condition de repousser le retour à l'équilibre en 2018 et de procéder au non remplacement d'un départ à la retraite sur deux.

Invitée ce matin de la matinale de France Culture, Fleur Pellerin a précisé que la Tutelel n'avait jamais demandé un retour à l’équilibre le 31 décembre 2017. "J’ai parlé d’horizon 2017, pas de date butoir. Il n’y a pas de tabou à examiner un scénario de retour à l’équilibre ultérieur".

Fleur Pellerin

Le 3 avril j'ai dit que je ne souhaitais pas que l'emploi soit la seule variable d'ajustement

La question sera examinée avec les administrateurs, lors du Conseil d’Administration du jeudi 23 juillet " indique un communiqué de la direction.

Lors de ce même CA, Dominique-Jean Chertier, le nominateur nommé par Fleur Pellerin pour sortir du conflit du long conflit de Radio France, présentera son rapport soumis mardi à la ministre. Il devrait insister, dans son texte, sur la nécessaire réforme de l’entreprise, dans un esprit de concertation avec les salariés, et sans en passer obligatoirement par un plan de départs volontaires.

►►► Pour en savoir plus | Ecouter tout l'entretien de Fleur Pellerin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.