Les professeurs d'allemand manifestent
Les professeurs d'allemand manifestent © MaxPPP / François Lafite

Ils ont dit "non" à la réforme du collège. Les enseignants étaient appelés à un mouvement de grève ce mardi dans l'enseignement secondaire. Mais le gouvernement ne les pas entendus, le décret portant sur la réforme a été publié ce mercredi matin dans le Journal officiel.

Alors que dit la réforme ? Qu'y a-t-il exactement dans le projet de 28 pages ? France Inter vous propose de la lire dans son intégralité (en la téléchargeant en PDF).

Adoptée par le Conseil supérieur de l’éducation le 10 avril 2015, la réforme du collège portée par la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, doit être mise en œuvre pour la rentrée 2016. Elle fait polémique, notamment chez les enseignants du secondaire qui sont en grève ce mardi (27,6 % de grévistes dans le public selon le ministère, plus de 50 % selon le Snes ).

François Bayrou, le président du Modem appelle à une manifestation nationale contre l'application de cette réforme. "On supprime deux choses essentielles pour l'égalité des chances" a-t-il déclaré dans le journal de 13 heures de France Inter.

François Bayrou, invité de Claire Servajean à 13 heures sur France Inter

5 min

François Bayrou, invité du 13h

La réforme est en tout cas ardemment défendue par le gouvernement. François Hollande lui-même s'est exprimé sur le sujet lors d'un déplacement à Berlin, évoquant une réforme "pour la réussite de tous".

Le Premier ministre Manuel Valls avait déclaré mardi que la réforme du collège serait "mise en oeuvre" et que le décret serait "publié le plus rapidement possible", en dépit de la mobilisation à son encontre.

L'excellence, ce n'est pas un privilège, un droit. Elle doit être partagée, l'excellence, pas abaissée .

42 sec

"La réforme doit assurer la réussite pour tous"

La nécessité d'une "refondation globale"

Najat Vallaud-Belkacem n'y va pas par quatre chemins "le collège aggrave la difficulté scolaire". D'où la nécessité de cette réforme car, poursuit la ministre dans l'édito du texte de la réforme, "le collège cristallise les défauts de notre système éducatif".

Quid du latin et du grec ?

Jusqu'à présent les élèves pouvaient apprendre ces deux langues anciennes grâce à une option facultative, dès la sixième. La réforme prévoit de garantir le "latin pour tous", avec une "initiation aux langues anciennes" assure la ministre de l'Education. Le latin et le grec feront partie de l'un des huit nouveaux enseignement pratiques interdisciplinaires (EPI) dénommé "Langues et cultures de l'antiquité". Mais devant les contestations, la ministre a accepté une concession en rétablissant une option au côté de leur enseignement dans l'EPI. Les élèves pourront poursuivre l'apprentissage du latin et du grec de la 5e à la 3e.

La fin des classes bilangues

Jugées trop élitistes, les classes bilangues, qui existent depuis 10 ans, et permettent aux élèves d'apprendre l'anglais et l'allemand dès la 6e,vont être supprimées . Pour la ministre, il faut mettre fin à cet élitisme, mais les enseignants de langues estiment que ces classes permettent aussi à des collèges moyens d'être plus séduisants et d'attirer de bons élèves.

Au coeur de la réforme, les enseignements transversaux

Les enseignements transversaux vont charpenter la nouvelle organisation du collège. Il s'agit de modules qui viennent s'ajouter au tronc commun, et qui mutualisent les disciplines déjà existantes. Ces "enseignement complémentaires" auront la forme soit de temps d'accompagnement personnalisé, ou "d'enseignement interdisciplinaires". Ils seront au nombre de huit, les élèves pourront en suivre au moins deux par an.

La réforme du collège
La réforme du collège © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.