Nous avons épluché les programmes des principaux candidats aux élections régionales des 20 et 27 juin pour y dénicher les propositions les plus originales.

Les élections régionales se déroulent les 20 et 27 juin prochain.
Les élections régionales se déroulent les 20 et 27 juin prochain. © AFP

C'est un véritable casse-tête pour s'y retrouver. En matière de propositions, les candidats aux prochaines élections régionales des 20 et 27 juin font preuve d'une géométrie variable. Certains s'en tiennent à quelques idées vaguement affichées sur leur site ou sur un tract, d'autres proposent un long et détaillé document, coloré, bien présenté. Mais difficile d'y voir le vrai, le faux, de comparer tous les programmes des candidats, de différencier ce qui est envisageable ou ce qui fait plutôt office de promesse irréalisable ou complètement en dehors du champ des compétences régionales.

Parfois même, des propositions se confondent d'un bout à l'autre de l'échiquier politique, notamment sur le plan de la sécurité ou des repas aux produits locaux et bios dans les cantines. Des listes d'une même sensibilité vont aussi se distinguer d'une région à l'autre. Symbole de ce large éventail, voici dix propositions tirées des programmes de certains candidats qui, parfois, finissent par ressembler à des inventaires à la Prévert. Évidemment, rien d'exhaustif, ni de représentatif.  

Organiser une "fête des terrasses"

C'est Renaud Muselier, candidat LR en Provence-Alpes-Côte d'Azur qui le propose. "Chaque premier juillet, tout le monde est en terrasse pour se retrouver et profiter de la vie !", écrit le candidat dans son programme qui inclut plusieurs mesures post-Covid dont également des réductions pour des places gratuites pour des spectacles ou des rencontres sportives. 

Aller chez le médecin... dans un train

Le candidat de la majorité en Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Bonnell, propose sans doute la version la plus originale de la maison médicale "mobile", que beaucoup de candidats évoquent dans leur programme, à gauche comme à droite, pour réduire les déserts médicaux. Dans son programme, il avance l'idée de "camions médicalisés" à la demande pour les plus âgés et d'un dispositif "consulter en roulant" dans... les trains régionaux.  

15m2 de nature chacun

Beaucoup de candidats, quelques soient les étiquettes politiques, proposent, par exemple, de planter un certain nombre d'arbres pendant leur mandat. En Île-de-France, région urbanisée à outrance, le candidat écologiste Julien Bayou promet 15m2 de "nature" pour chaque Francilien, afin de se conformer aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé. 

Comment ? A travers de la végétalisation des cours d'établissements scolaires, un contrat avec les collectivités "pour que chaque projet d’aménagement libère du sol nu et de la pleine terre", un arbre planté pour chaque naissance dans la région ou bien encore la création de trois parcs régionaux. Spoiler, la région faisant plus de 12.000 km2, il y a (en théorie) largement la place. Reste à trouver où. 

"Retour au sport"

Mesure de santé publique, rapport avec l'épidémie de Covid ? On ne comprend pas vraiment ce qui se cache derrière cette proposition du RN en Provence-Alpes-Côte d'Azur mais Thierry Mariani souhaite mettre en place des journées de "retour au sport" pour les personnes sédentaires ou âgées. 

Hervé Morin et ses légumeries

Loin d'être le seul à vouloir promouvoir les circuits courts, le "manger local" et le "manger bio", Hervé Morin a peut-être trouvé le terme le plus original. Il propose d'installer des "légumeries", une dans chaque département de la région, des plateformes qui recevraient directement chaque matin la production d’agriculteurs et dont les exploitations se situent à proximité pour les redistribuer, dans les cuisines centrales des établissements scolaires par exemple. 

Démoustiquer

Le RN Jean-Paul Garraud, ex-LR, candidat de Marine Le Pen en Occitanie a fixé dans ses priorités pour la région le fait de... démoustiquer. Objectif, "protéger le littoral, ses habitants ainsi que les touristes venant découvrir notre région".

Achat immobilier réservé 

C'est une proposition qui détonne et qui a même fait polémique ces derniers jours. Claire Desmares-Poirrier, candidate "Bretagne d'avenir" (EELV et alliés) propose "face aux difficultés croissantes de l'accès au logement" dans la région de lancer une concertation sur le logement laissant la porte ouverte à un statut de résident en Bretagne pour réserver l'achat à celles et ceux qui habitent la région depuis au moins un an. Cela permettrait de lutter contre la spéculation qui favorise la multiplication des résidences secondaires.

Vive les Plantagenêts

Beaucoup de candidats veulent mettre en avant le patrimoine de leur région. Mais le socialiste Guillaume Garot sort du lot : pour sa région Pays de la Loire, il souhaite "assurer la promotion d’une nouvelle destination touristique à vocation internationale" autour du... "récit historique de la dynastie des Plantagenêts". Original. 

Purificateurs d'airs 

Allez savoir pourquoi, mais dans les Hauts-de-France, José Evrard, candidat de Debout la France, parti de Nicolas Dupont-Aignan indique dans sa profession de foi vouloir "installer des purificateurs d’air dans l’ensemble des lycées de notre région".

Chèque anti-cambriolage

La sécurité est, de loin, le sujet le plus mis en avant par la droite et l'extrême-droite dans les programmes. Parfois de façon abusive étant donné qu'il ne s'agit pas véritablement d'une compétence régionale. Une proposition a retenu notre attention : le "chèque anti-cambriolage", proposé notamment par la sortante en Île-de-France, Valérie Pécresse qui promet une "aide de 100 € à l’achat d’une alarme pour vous protéger contre les cambrioleurs"