Samia Ghali
Samia Ghali © MaxPPP/IP3/Christophe Bertolin

Zizanie au PS marseillais après le premier tour de la primaire. Éliminée, Marie-Arlette Carlotti dénonce le clientélisme qui aurait selon elle favorisée la candidate Samia Ghali. Cette dernière lui conseille carrément de quitter le gouvernement.

Difficile de digérer une défaite électorale au sein de son propre camp. Ultra-favorite et pourtant éliminée dès le premier tour, la ministre chargée des Personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti estime s'être fait voler la victoire.

Pour elle, on a vu pendant ce scrutin un "fonctionnement à plein régime du clientélisme".

Marie-Arlette Carlotti au micro de Philippe Boccara.

Car on parle de dysfonctionnements pendant la primaire. Le point noir, pour les soutiens de la ministre, ce sont ces covoiturages et ces bus affrétés pour faire venir les Marseillais dans les bureaux de vote.

Initiative altruiste ou bourrage des urnes organisés ? Deux points de vue s'opposent ce matin, Laurent Gauriat.

Marie-Arlette Carlotti a "toute sa place au gouvernement"

La leader du scrutin, Samia Ghali (qui affrontera au second tour le député Patrick Mennucci), contre-attaque dans la matinée. En se demandant s'il ne faudrait pas que la ministre tire les conséquences de sa défaite... en quittant le gouvernement.

Ce que j'ai envie de dire à Mme Carlotti, c'est peut-être qu'elle se pose la question de savoir si elle n'a pas été elle même sanctionnée par le travail qu'elle a fait en tant que ministre.

La sénatrice était l'invitée de Claire Servajean dans le journal de 13h. Elle se défend de tout clientélisme et dénonce des jalousies.

Le portrait de Samia Ghali avec Laurent Gauriat

Pas question, pour Matignon, qui affirme dans les heures qui suivent que "le Premier ministre verra Mme Carlotti cette semaine, comme prévu, et il lui redira qu'elle a toute sa place au gouvernement".

Quant à Patrick Menucci, il en profite pour tacler sa nouvelle adversaire. "Mme Carlotti est ministre, il n'appartient certainement pas à Mme Ghali de savoir si elle doit le rester ou pas". À bon entendeur...

IDE Marseille
IDE Marseille © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.