Emmanuel Macron a fait de la provocation un mode d'action politique
Emmanuel Macron a fait de la provocation un mode d'action politique © MaxPPP

Le ministre de l’Économie provoque une nouvelle fois la colère des syndicats en soutenant la mesure testée à Suresnes. La ministre de la Fonction publique lui emboîte le pas. FO propose de rémunérer les ministres, eux-aussi, au mérite...

La carotte et le bâton... Le principe est de valoriser ceux qui en font plus, et pénaliser ceux qui en font moins à travers la rémunération des fonctionnaires. Emmanuel Macron a déclaré ce matin :

Je pense qu'il faut accroître la part de mérite, la part d'évaluation dans la rémunération de la fonction publique, c'est une façon de la moderniser.

Le débat revient à la une, autour de l'expérience menée dans la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine). La commune a instauré un système de primes variables attribuées à ses agents municipaux en fonction des appréciations obtenues.

Manuel Ruffez , il existe déjà quelques dispositifs qui s'en rapprochent :

Oui mais... à une condition pour la ministre de la Fonction publique

On peut le faire partout !

selon Marylise Lebranchu. La ministre de la Fonction publique suit la ligne d'Emmanuel Macron avec une nuance:

J'y suis favorable à une condition : c'est qu'il y ait des discussions avec les organisations syndicales et que, y compris pour les travaux en équipe, on puisse avoir aussi cette prime ou cette forme d'avancement.

Une rémunération au mérite pour les ministres aussi ?

C'est la réponse cinglante de Jean-Claude Mailly, le numéro 1 du syndicat Force Ouvrière

On ne gère pas le personnel dans la fonction publique, compte tenu de l'existence du statut de neutralité, comme on gère le personnel dans une entreprise privée avec les mêmes critères. [...] Intégrer des critères de gestion privée dans la fonction publique, chargée de l'intérêt général, me paraît dangereux

Un accord déjà sur les rails

Le gouvernement a conclu fin septembre un projet d'accord sur la refonte des rémunérations et des carrières des fonctionnaires__ sans le soutien des trois syndicats majoritaires, CGT, FO et Solidaires. Le texte fait référence à une réforme à venir des "modalités d'appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires". A l'avenir, selon Marylise Lebranchu :

La première discussion qu'on va avoir avec les organisations syndicales, c'est : 'comment, avec quel type de primes on reconnaît la valeur professionnelle ?' Pas seulement en termes de primes, en terme d'avancement, de carrière

Eric Ciotti, ce matin sur France inter a expliqué une autre mesure testée dans les Alpes-Maritimes dès le 1er janvier prochain : supprimer la moitié des RTT et trois jours de vacances pour les agents du département. Là il s'agit uniquement de faire des économies...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.