delphine batho quitte le ministère de l'écologie
delphine batho quitte le ministère de l'écologie © reuters

Moins de 24 heures après le départ forcé de Delphine Batho, cette dernière a déjà laissé les clés de son ministère à Philippe Martin. Ce dernier promet "une ambition écologique" qui ne se résume pas "à un budget". Les Verts, eux, restent à bord.

Pas question de polémiquer : dès son arrivée, le nouveau ministre français de l'Ecologie a promis des "actes". La cérémonie de passation de pouvoir a eu lieu ce matin, avec Delphine Batho, limogée mardi par François Hollande pour avoir critiqué le "mauvais budget" alloué à son ministère.

Le compte-rendu de Nasser Madji.

Agé de 59 ans, Philippe Martin, député socialiste du Gers et proche de Laurent Fabius, devra servir de gage aux écologistes : beaucoup d'entre eux le jugent compétent et énergique.

"Mon travail sera de faire que l'écologie soit effectivement à la place qui lui revient dans la politique du gouvernement, c'est-à-dire une place de choix", a-t-il dit à la presse tout en soulignant qu'"une ambition écologique" ne se résumait "pas à un budget".

Avec les écologistes, "nous devons travailler ensemble à faire bouger les choses", a-t-il estimé. "Je sais que la tâche est rude et difficile, que les déclarations c'est quelque chose, mais les actes c'est encore plus fort. Je crois que les écologistes ont demandé des actes, il faudra qu'il y a des actes."

Les Verts ne claquent pas la porte

Le ministre délégué au Développement, Pascal Canfin, membre d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), avait de son côté prévenu que les Verts pourraient quitter le gouvernement si aucun acte n'était posé en faveur de la transition écologique.

"Il y a devant nous des rendez-vous déterminants et si ces rendez-vous étaient ratés à ce moment là nous en tirerons toutes les conséquences", a-t-il dit sur France Info.

Écoutez Pascal Canfin.

Les Verts ont exclu de quitter le gouvernement dans l'immédiat lors d'une réunion de crise qui a suivi mardi le limogeage de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho, mais jugeront les engagements du gouvernement à la rentrée sur le budget 2014.

Les deux ministres écologistes et les principaux responsables d'Europe Ecologie/Les Verts (EELV) se sont réunis dans la soirée au ministère du Logement dirigée par l'écologiste Cécile Duflot pour faire "l'analyse politique" de la situation.

Pour beaucoup d'écologistes, cette situation, où l'écologie est le parent pauvre du gouvernement, a assez duré. Stéphane Leneuf.

A l'issue de la réunion, Pascal Durand, le secrétaire national d'EELV, a précisé qu'après le "très mauvais signal" donné par l'éviction de la ministre, les écologistes exigeraient des "engagements clairs" et des "actes" en septembre.

"Nous interrogerons et le président de la République et le Premier ministre sur la volonté de ce gouvernement de mettre en oeuvre les engagements sur la transition écologiste qu'il avait pris devant les Français", a-t-il dit à la presse.

"Nous jugerons à la rentrée sur les grandes lois, notamment la loi de transition énergétique, sur le budget, les engagements de ce gouvernement et la volonté de faire en sorte que l'écologie soit prise en compte", a-t-il ajouté.

Jean-Vincent Placé, le président du groupe EELV au Sénat, a affirmé sur BFM-TV que les écologistes n'étaient "pas loin de la sortie" du gouvernement, car ils ne pourraient pas voter à l'automne un budget de l'écologie en baisse.

Retour sur le limogeage... demain

Delphine Batho a estimé lors de la cérémonie de passation de pouvoir que s'engager au plus haut niveau était une mission qui demandait "des sacrifices".

L'ancienne ministre de l'Ecologie a précisé qu'elle reviendrait sur les "circonstances de limogeage" jeudi à 15h00 lors d'une conférence de presse.

Des circonstances assez brutales, qui ont fait réagir dans le monde politique. Marc Fauvelle.

"Je voudrais remercier mon équipe parce que le travail accompli a été un travail collectif", a-t-elle dit. "Toutes et tous vous servez une grande cause qui en vaut la peine".

"S'engager au plus haut niveau, c'est une mission exigeante qui demande tellement de sacrifices", a-t-elle dit. "Je souhaite à Philippe Martin bonne chance dans ses fonctions."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.