Un moyen de soigner un parti, traumatisés par les dernières élections et le relancer sur de nouvelles fondations.

Châteauroux, l'un des étapes "débat" pour permettre aux adhérents LR de retrouver parole et espoir
Châteauroux, l'un des étapes "débat" pour permettre aux adhérents LR de retrouver parole et espoir © Radio France / Audrey Morellato

Pour surmonter la défaite à la présidentielle, Les Républicains lancent plusieurs pistes. Alors que tous les adhérents sont invités à répondre à un questionnaire sur internet, le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a choisi d'aller directement à leur rencontre. "Sauvons la droite", c'est le mot d'ordre de son tour de France et c'est surtout l'occasion pour les militants de s'exprimer, ce qu'ils avaient perdu l'habitude de faire.

Châteauroux, neuvième étape de la tournée

Une quarantaine de militants et sympathisants attendaient Daniel Fasquelle mardi soir dans un café accolé à la mairie. "La salle n'est pas très adaptée, assez bruyante", regrette le maire LR Gil Avérous. "Il faut dire qu'en plein mois d'août, on n'attendait pas plus de quinze ou vingt personnes". Cela n'empêche pas le tour de table et étrangement, l'affaire Fillon n'est jamais évoquée. La priorité semble plutôt de trancher sur l'exclusion ou non des dissidents.

"Aux législatives, j'ai voté pour le candidat En Marche! mais pas pour son étiquette, j'ai voté pour la personne. Est-ce que vous me gardez ?", demande Nadine, encore adhérente LR et militante de droite depuis des dizaines d'années

Dans les propositions, l'influence de LREM se fait sentir : imposer une proportion de militants au bureau national du parti, s'appuyer davantage sur la "base", laisser des places pour de jeunes candidats aux élections... Sauf que le temps du RPR semble être une époque bénie, souvent évoquée. Et que ce temps-là n'attire pas vraiment les jeunes, ils étaient seulement quatre à avoir moins de 30 ans dans la salle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.