Ils ont sauvé les meubles ou ont réussi leur pari : ces candidats qualifiés pour le second tour sont les grands gagnants du premier.

Pour le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, ce score de législative est le meilleur score qu'il n'a jamais réalisé au premier tour d'une élection.
Pour le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, ce score de législative est le meilleur score qu'il n'a jamais réalisé au premier tour d'une élection. © AFP / CHARLY TRIBALLEAU

Avec une large majorité pour la République en marche (REM) qui est en passe de remporter la majorité absolue à l'Assemblée, les partis historiques font grise mine. Mais au-delà du bon score de la REM, dont bénéficient notamment Bruno Le Maire, Richard Ferrand ou encore Mounir Mahjoubi, d'autres candidats réussissent à se qualifier ou à conquérir de nouvelles circonscriptions.

► Législatives : quels résultats pour les six ministres candidats ?

Bruno Le Maire fait encore mieux sans LR

Premier heureux de ces élections législatives, l'ex-LR Bruno Le Maire. Exclu du parti après sa nomination dans le gouvernement, le ministre de l'Économie, en ballottage favorable dans l'Eure, s'est félicité d'avoir réalisé son meilleur score de premier tour d'une élection. Le député sortant de la première circonscription de l'Eure récolte ainsi 46% des suffrages, en tête devant la frontiste Fabienne Delacour.

Richard Ferrand, égratigné par ses affaires mais toujours debout

Le ministre de la Cohésion des territoires, fragilisé pendant la campagne, est arrivé en tête dans le Finistère avec 33,93% des voix. Le candidat investi par la REM affrontera au second tour la LR Gaëlle Nicolas, maire de Châteaulin, créditée de 18,10% des suffrages et qui compte sur un report de voix pour l'emporter.

Manuel Valls sauve les meubles

Rejeté par le PS, rejeté par la REM, l'ancien Premier ministre et député était donné en difficulté dans la première circonscription de l'Essonne où il se représentait. Dimanche soir, Manuel Valls jubilait après être arrivé en tête au premier tour avec 25,5% des voix. Il sera opposé au second tour à Farida Amrani, candidate de la France insoumise, qui a récolté 17,6% des suffrages.

► LIRE AUSSI | A gauche, c'est "par ici la sortie"

Vers un succès pour Jean-Luc Mélenchon

A Marseille, Jean-Luc Mélenchon réussit mieux son pari qu'à Hénin-Beaumont en 2012. Le leader de la France insoumise a pris la place du député sortant Patrick Mennucci, éliminé dès le premier tour. Mais l'ancien candidat à la présidentielle ne crie pas victoire, il doit encore l'emporter au second tour face à sa rivale de la REM.

Mounir Mahjoubi sort Jean-Christophe Cambadélis

Succès aussi pour le secrétaire d'État au numérique Mounir Mahjoubi. A Paris où il était opposé à Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, le candidat de la REM arrive en tête, éliminant au passage son principal rival et député historique de la 16e circonscription de Paris.

Alexis Corbière tranquilisé en Seine-Saint-Denis

Parachuté dans une circonscription très favorable à Jean-Luc Mélenchon, son porte-parole pendant la présidentielle a annoncé dimanche soir sa qualification pour le second tour des législatives dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, face à la candidate de La République en marche Halima Menhoudj.

François Ruffin qualifié, mais rien n'est joué

Dans la Somme, l'auteur du documentaire Merci Patron !, a enregistré un premier succès dimanche en remportant 24,3% des voix dans la 1er circonscription. Mais il arrive dix points derrière le candidat de la REM, Nicolas Dumont. Un adversaire difficile à battre, même si la REM et François Ruffin infligent un sérieux revers au FN, qui espérait capitaliser sur son bon score de la présidentielle, et à Pascale Boistard, la socialiste sortante.

Stéphane Le Foll, l'épargné

Candidat dans la 4e circonscription de la Sarthe, Stéphane Le Foll est en ballottage favorable face au LR Emmanuel Franco. Avec 30,31% des voix, celui qui n'avait pas de candidat de la REM face à lui profite d'une avance de 8 points sur son adversaire et peut espérer conserver son siège dimanche prochain.

Nathalie Kosciusko-Morizet balaye les dissidents à droite

Dans la 2e circonscription de Paris, l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy est en ballottage pour le second tour face au candidat de la REM Gilles Le Gendre. La députée sortante, qui était en difficulté avec la candidature de deux dissidents LR, Henri Guaino et Jean-Pierre Lecoq.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.