Francois Hollande a reçu le 11 janvier à l'Elysée Nicolas Sarkozy, Alain Juppe, Francois Fillon
Francois Hollande a reçu le 11 janvier à l'Elysée Nicolas Sarkozy, Alain Juppe, Francois Fillon © MaxPPP/IP3 press/Vincent Isore

*Après une spectaculaire remontée suite aux attentats et à la marche républicaine du 11 janvier, la popularité de l'exécutif repart à la baisse. Mais Manuel Valls reste toujours largement devant François Hollande, selon le baromètre Odoxa de janvier 2015 () pour France Inter, L'Express et la presse régionale.**

Manuel Valls est-il meilleur comme Premier ministre que François Hollande comme président ? C'est en tout cas ce que pensent les personnes interrogées par notre baromètre mensuel.Seuls 31 % d'entre eux considèrent que le chef de l'État est "un bon président de la République" , un chiffre certes en hausse de 10 % en un mois, mais qui s'est largement stabilisé depuis le 11 janvier. En revanche, ils sont 53 % à considérer que Manuel Valls est un bon Premier ministre , un score en légère baisse (-5 % depuis le 16 janvier, après une hausse là aussi spectaculaire de 13 %).

Le cas de figure est assez inédit dans l'histoire de la Ve République, en tout cas en-dehors des périodes de cohabitation.

► ► ► DOCUMENT | Le baromètre Odoxa pour janvier 2015, en détails (PDF)

Nicolas Sarkozy aurait-il mieux géré la situation de crise connue par la France ? Les avis sont très partagés : 50 % des personnes interrogées pense que oui, 49 % sont persuadés que non. Un score qui bien entendu varie selon qu'on soit sympathisant de gauche (84 % d'opinions défavorables) ou de droite (16 %).

Les chiffres changent, l'ordre non

Globalement, l'unité nationale affichée (de façon plus ou moins dispersée) le 11 janvier se ressent aussi dans l'ensemble de la classe politique. Tout le monde en bénéficie, à part à peu près égale. Alain Juppé reste le politique préféré des Français interrogés, devant (dans l'ordre) François Bayrou, Nicolas Sarkozy, Najat Vallaud-Belkacem, ou Ségolène Royal . Seul Bernard Cazeneuve effectue une remontée spectaculaire de 17 points, pour atteindre 33 % d'opinions favorables, une manière de saluer sa gestion de la crise.

Pas de changement dans le classement de "l'impopularité" : Marine Le Pen reste la personnalité la plus rejetée (50 % d'opinions défavorables), devant sa nièce Marion Maréchal-Le Pen et Christiane Taubira, cible privilégiée de la droite depuis des mois (voire le début du quinquennat).

(*) Enquête réalisée les 22 et 23 janvier, auprès d'un échantillon représentatif de 1 015 Français âgés de 18 ans et plus, suivant la méthode des quotas.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.