Roselyne Bachelot a été nommée ce lundi ministre de la Culture au sein du gouvernement de Jean Castex. Portrait.

Roselyne Bachelot lors d'un gala de charité à l'Opéra Garnier en février 2020
Roselyne Bachelot lors d'un gala de charité à l'Opéra Garnier en février 2020 © Getty / Dominique Charriau

Roselyne Bachelot a été nommé ministre de la Culture ce lundi. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle a été ministre de la Santé et des Sports de 2007 à 2010 dans les différents gouvernements de François Fillon, et ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale de 2010 à 2012.

Après les ministères, c'est sur les plateaux de télévision et radio que l'on a surtout vu Roselyne Bachelot. Elle a été co-animatrice dans l'émission Le Grand 8, diffusée sur D8 de 2012 à 2016), puis aux commandes de l'émission 100 % Bachelot, sur RMC pendant un an à partir de 2016. 

Bachelot et la culture ? C'est l'opéra qui l'intéresse

Sur le site Forum Opera en 2012, Roselyne Bachelot confiait son intérêt indéfectible pour le chant lyrique et l'opéra. Initiée à la musique classique par sa famille, mais pas à l’opéra, elle l’a découvert plus tard, par elle-même. Elle dit avoir "hanté toutes les places lyriques" et en a fait une passion. Elle préfère Verdi et Mozart à Berg. Elle avait aussi confié qu'elle considérait que l'enseignement du chant en France n'était pas suffisant, ni approprié, faute de lieux. 

Elle pourrait se retrouver sur la même ligne que Jean-Michel Blanquer en faveur de l’enseignement du chant choral. Elle est sensible aussi aux difficultés des métiers du spectacle, ce que les professionnels ne manqueront surement pas de lui rappeler. 

Prendre en charge le secteur de la culture en France aujourd’hui, cela veut dire animer un secteur qui vient de voir chuter son chiffre d'affaires de 22 milliards d’euros selon une récente étude du ministère, soit une baisse de 25% par rapport à l’année précédente. Un fonds d’urgence de 5 milliards a été débloqué fin mars pour aider les différents secteurs du spectacle vivant à l’édition. Le dossier de la réforme de l’audiovisuel public est par ailleurs resté en suspens.

Auditionnée récemment sur la crise du Covid-19

Ministre de la Santé de 2007 à 2010, Roselyne Bachelot a été auditionnée il y quelques jours en raison de son expérience par les parlementaires, dans le cadre de leur enquête sur la gestion de la crise du Covid-19. En 2009, elle avait eu à gérer l’épidémie de grippe H1N1 et avait fait face à de multiples critiques, notamment sur l’achat de vaccins. 

Devant les élus elle s'est montrée assez bienveillante pour qualifier l'attitude du gouvernement, pointant du doigt la responsabilité des élus locaux et des médecins : "Qu'est-ce que c'est que ce pays infantilisé ? Il faut se prendre en main ! On attend que le préfet apporte des masques avec une petite charrette ?" a-t-elle lancé. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.