Le programme santé de François Fillon s'est invité dans le débat politique. Le candidat veut "désétatiser" l'assurance-maladie et instaurer un système d'assurances privées.

Lors du débat, Fillon a clarifié sa position sur l'assurance maladie
Lors du débat, Fillon a clarifié sa position sur l'assurance maladie © Reuters / pool

Interrogé par Alexandra Bensaid de France Inter lors du dernier débat face à Alain Juppé jeudi soir, François Fillon a clarifié sa position sur ses propositions pour l'assurance maladie. A l'heure où le déficit du régime général de la sécurité sociale devrait atteindre 3,4 milliards d'euros cette année, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a souhaité qu'elle se concentre "sur les risques principaux".

Alain Juppé, qui défend le maintien d'un taux de 75 % de prise en charge publique des dépenses de santé, a accusé François Fillon de vouloir « toucher au taux de remboursement », évoquant une « divergence profonde ».

Marisol Touraine monte au créneau

La ministre de la Santé Marisol Touraine a réagi sur Twitter tout au long de la soirée de jeudi :

Vers un système à l'Américaine?

François Fillon a appelé à "désétatiser" le système de santé français. Il faut "focaliser l'assurance publique universelle notamment sur les affections graves ou de longue durée, le panier de soins 'solidaire', et l'assurance privée sur le reste, le panier de soin 'individuel", peut-on lire dans le volet santé de son programme présidentiel.

Point par point :

  • Soumettre au référendum l'inscription dans la Constitution de l'égalité des régimes sociaux
  • Revenir sur le tiers payant généralisé
  • Limiter la progression des dépenses de Santé à 2% par an et réformer la carte hospitalière
  • Diminuer les remboursements effectués à présent par le système public

Les moins favorisés ne pouvant accéder à l'assurance privée bénéficieront d'un régime spécial de couverture accrue. Les patients seront responsabilisés par l'introduction d'une franchise maladie universelle dans la limite d'un seuil et d'un plafond". François Fillon

Un calcul simple, presque trop simple

Comment la ministre a-t-elle fait son calcul? En 2017, il est prévu que la sécu rembourse au total 190 milliards d'euros. Les dépenses liées aux affections de longue durée s'élèveront à 100 milliards d'euros. Reste donc 90 milliards d'euros qui ne seront pas remboursés si François Fillon est élu président et s'il applique son programme . Si on le divise par les 38 millions de foyers, on arrive à 3200 euros par foyer par an. Tout ceci n'est que théorie.

François Fillon se défend : "Non", on ne va pas demander aux Français demain de tout payer. Les syndicats seront consultés sur ce qui devra continuer à être remboursé.

Le FN aussi réagit

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.