[scald=93681:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La campagne pour l'élection présidentielle est vraiment lancée, souligne la presse française de jeudi après l'annonce par Nicolas Sarkozy de sa candidature.

"Sarkozy : des réformes 'pour une France forte'", titre le quotidien conservateur Le Figaro en reprenant le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy, qui a mis fin à un faux suspense en se déclarant candidat mercredi soir au journal de 20 heures de TF1.(Voir )

"Le paysage de la présidentielle est campé", écrit l'éditorialiste du Figaro Paul-Henri du Limbert, qui oppose la vision "désuète" du candidat socialiste François Hollande, à celle, "d'avenir", incarnée selon lui par Nicolas Sarkozy.

Le quotidien de gauche Libération souligne pour sa part que Nicolas Sarkozy est plus que jamais face à son bilan.

"Il faudra bien assumer un bilan même si tous les moyens seront mobilisés pour organiser la diversion, créer de faux débats, chauffer à blanc le pays en faisant tout pour le cliver, sur les thématiques les plus conservatrices, voire réactionnaires", écrit Nicolas Demorand dans son éditorial.

Plus neutre, le journal Les Echos relève que Nicolas Sarkozy a tenté d'apparaître proche du peuple, notamment en promettant un large recours au référendum s'il était élu pour un second mandat.

"Sarkozy s'érige en candidat du "peuple" face à Hollande", titre le quotidien économique.

"Le président sortant devait aussi promettre des 'réformes fortes', notamment du modèle social, quitte à recourir au référendum pour surmonter les blocages de la société française. Une manière également d'en appeler au "peuple" contre un François Hollande décrit comme le candidat du "système", des "élites" et du "conservatisme", lit-on en première page.

La plupart des journaux font valoir que l'annonce de Nicolas Sarkozy était plus qu'attendue.

"Vous parlez d'une surprise !", s'exclame ainsi Patrick Apel-Muller dans un éditorial dans le quotidien communiste L'Humanité.

"Comme si tout ce qu'il a fait ces dernières semaines ne ressortait pas d'une campagne, appuyée par les moyens publics d'un président sortant. Son programme ? Il l'a exposé pour l'essentiel dans le Figaro Magazine et va rajouter, intervention après intervention, une couche réactionnaire sur la précédente".

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.