Le non-lieu accordé à Nicolas Sarkozy dans l'un des volets de l'affaire Bettencourt, n'a officiellement pas surpris l'ancien président. Une question se pose au lendemain de cette décision de justice : va-t-il accélérer son retour dans l'arène politique ?

Un simple communiqué via Facebook. C'est la seule réponse de Nicolas Sarkozy :

Sarkozy sur Facebook
Sarkozy sur Facebook © Radio France

Nicolas Sarkozy ne dira rien : ni aujourd'hui, ni demain. D'abord, parce qu'il ne veut pas donner l'impression de fanfaronner donc, autant éviter de parler. Ensuite - et c'est bien plus important - parce qu'en ne s'enflammant pas, Nicolas Sarkozy laisse entendre que ce non-lieu est surtout, un non-événement.

Car pour l'instant, l'ancien président ne veut pas du tourbillon médiatico-politique. "Le temps n'est pas encore venu" explique un collaborateur. En fait, tout le monde attend, ce qu'un lieutenant sarkozyste résume ainsi: "Nicolas n'a toujours pas choisi - la façon - dont il reviendra."

Pourtant, en coulisse, le scénario s'échafaude, un peu plus chaque jour. L'ancien Chef de l'Etat pourrait dévoiler ses intentions juste après les élections européennes de juin à condition que le Front National affiche des scores jamais atteints. Mais sa candidature ne sera pas tout de suite officielle. Nicolas Sarkozy veut garder une parole rare, ne pas trop s'exposerà la manière - souvenez-vous - avant sa chute d'un certain DSK.

Une lutte des chefs à l'UMP ? Les hypothèses de Stéphane Leneuf

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.