[scald=88641:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Au moment où l'ensemble des médias s'interrogent sur ses chances de victoire à l'élection présidentielle du printemps, Nicolas Sarkozy a évoqué mardi "l'ennui" d'un monde où la presse ne se tromperait pas.

Le président de la République, qui présentait ses voeux à la presse à l'Elysée, a fait sur un mode ironique le bilan de santé du "vieux couple" qu'il forme avec les journalistes, résultat d'une "fréquentation assidue de plusieurs décennies".

A moins de trois mois de la présidentielle, il a dit ne détecter dans ce couple "aucun des stigmates annonciateurs d'un divorce" mais pour souligner que, comme dans tout couple, "il faut se dire les choses !".

Et le chef de l'Etat d'ajouter : "Je vois bien vos tentatives pour me remplacer, pour essayer autre chose, pour voir de nouveaux horizons, pour espérer qu'ailleurs l'herbe est toujours plus verte !".

En difficulté dans les sondages, Nicolas Sarkozy et l'UMP, son parti, n'ont pas caché leur irritation à propos des réactions des médias après de la dernière séquence du candidat socialiste François Hollande, entre son discours du Bourget et la présentation de ses propositions pour la présidentielle.

"Jusqu'à présent, vous êtes toujours revenus", a dit le président aux journalistes. "Et je vois même que vous m'avez élu 'l'homme de l'année 2011', j'espère bien que c'est pas pour vous débarrasser en 2012", a-t-il ajouté en faisant allusion à sa désignation récente, de concert avec François Hollande, par la revue Le Trombinoscope.

Poursuivant sur sa lancée, il a estimé qu'"un pays où la presse est tellement libre qu'elle n'est pas obligée d'être impartiale, c'est un plaisir."

"Imaginez l'ennui d'un monde où la presse ne se tromperait pas, où ses pronostics ne seraient pas déjoués, où la passion ne serait pas au rendez-vous de tous les éditoriaux (...) ce que je souhaite c'est une année 2012 où on ne s'ennuie pas !."

Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry, édité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.