[scald=96227:sdl_editor_representation]LAVAL, Mayenne (Reuters) - La repentance de Nicolas Sarkozy sur l'épisode de la "nuit du Fouquet's" avec des personnalités du CAC 40 au soir de sa victoire à la présidentielle de 2007 arrive trop tard, a déclaré jeudi François Hollande.

Sur France inter, le candidat socialiste à la présidentielle a confié que le "côté petit garçon" du chef de l'Etat affirmant qu'il ne retournerait plus dans ce restaurant parisien, symbolisant une période "bling-bling", l'avait "touché".

En déplacement dans la Mayenne, François Hollande a néanmoins jugé peu après que ce type de promesse ne pouvait tromper personne.

"Je ne sais ce qu'il faut lui reprocher, si c'est d'être allé dans cet établissement ou si c'est d'être allé dans cet établissement avec les principales personnalités du CAC 40, celles-là mêmes qui ont retraites-chapeau, parachutes dorés, rémunérations excessives, stock-options", a-t-il expliqué.

"De ce point de vue sa repentance arrivait trop tard. Ce sont ces catégories-là qui ont été servies pendant cinq ans et ces promesses ne peuvent finalement tromper personne", a ajouté le député de Corrèze.

François Hollande a répété qu'il y avait "quelque chose d'émouvant" de voir Nicolas Sarkozy "balbutier, bafouiller pour dire qu'il ne reviendrait plus dans cet établissement".

"Je crois que le mieux pour les Français, s'ils ne veulent pas revoir le président dans ce même établissement, c'est de changer de président", a-t-il conclu.

Elizabeth Pineau, édité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.