[scald=101651:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a promis jeudi de réduire de 10% à 15% le nombre de députés et sénateurs s'il est réélu président.

Le chef de l'Etat sortant avait déjà promis d'introduire une dose de scrutin proportionnel à hauteur de 10 à 15% dans les élections législatives.

"J'ai proposé la diminution du nombre de parlementaires parce que je considère que chacun doit faire un effort" (de réduction des dépenses publiques), a-t-il expliqué sur RMC et BFM-TV. "Je dis entre 10 et 15% de parlementaires en moins, Sénat et Assemblée nationale."

Il a en revanche critiqué le candidat socialiste François Hollande, qui propose de réduire de 30% le traitement du chef de l'Etat et des membres du gouvernement.

"Ce que je ne comprends pas, c'est qu'alors qu'il est président du département le plus endetté de France (la Corrèze-NDLR), pourquoi il ne l'a pas fait pour lui-même ?" a-t-il déclaré. "Pourquoi dire qu'il le fera dans les années qui viennent ? Qu'il le fasse tout de suite, c'est aussi simple."

Le chef de l'Etat sortant a estimé que la réduction des salaires du personnel politique n'était pas une solution.

"La solution, c'est avoir des responsables politiques honnêtes, compétents et qui s'engagent", a-t-il dit.

Son propre traitement a été plus que doublé au début du quinquennat en contrepartie d'une clarification du mode de rémunération du président de la République français, jusque-là assez obscur.

"Je suis à 18.500 euros net, ce qui est un salaire très important par rapport au salaire moyen français", a confié jeudi Nicolas Sarkozy. "C'est le salaire du président de la République, qui est exactement celui du Premier ministre."

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.