[scald=101079:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le président Nicolas Sarkozy a déclaré mardi soir qu'il créerait, s'il est réélu, un impôt minimum sur les bénéfices pour les grands groupes français qui n'en paient pas aujourd'hui grâce à la maximisation de leurs avantages fiscaux.

"Nous allons créer un impôt sur les bénéfices minimum pour les grands groupes en France, les groupes du Cac 40, parce que j'ai découvert quelque chose qui n'est pas normal, c'est que ces grands maximisent les avantages fiscaux et une partie d'entre eux ne payent pas du tout d'impôt", a-t-il dit sur France 2.

"On peut le faire par exemple sur le bénéfice mondial consolidé", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat sortant a précisé que cette mesure serait prise dans le cadre du budget 2013, rapporterait deux à trois milliards d'euros à l'Etat et servirait à réduire les déficits publics.

"Il restera à définir à partir de quand on est un grand groupe ou on n'est pas un grand groupe. Je parle des grands groupes internationaux", a ajouté Nicolas Sarkozy, qui a cité l'exemple de Total.

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.