Edouard Philippe a présenté jeudi à Bobigny 23 mesures pour soutenir ce territoire en souffrance et combattre les "difficultés hors-normes" de la Seine-Saint-Denis, avec notamment l'attribution d'une prime de fidélisation de 10 000 euros aux agents de l'État restant au moins cinq ans en poste dans le département.

Edouard Philippe a présenté jeudi à Bobigny une batterie de 23 mesures pour la Seine-Saint-Denis
Edouard Philippe a présenté jeudi à Bobigny une batterie de 23 mesures pour la Seine-Saint-Denis © Maxppp / Christophe Morin

Le Premier ministre a annoncé vouloir "apporter des solutions qui seront elles aussi un peu hors-normes", aux difficultés identifiées du département francilien.

Parmi les mesures annoncées par Edouard Philippe : des policiers supplémentaires, des commissariats rénovés, des postes de greffiers, de magistrats, le renforcement des contrôles des logements insalubres et surtout une prime de 10 000 euros pour les fonctionnaires qui restent en Seine-Saint-Denis au moins cinq ans.

Une prime pour qui exactement ?

Pour les "agents qui sont en première ligne de l'action de l'État", précise Matignon, le gouvernement veut cibler les secteurs les plus en difficulté en matière de ressources humaines, qui doivent par exemple faire face à des personnels inexpérimentés ou un turn-over important.

Il s'agit principalement des policiers, des enseignants, des agents d'accueil en préfecture. Les agents hospitaliers ne seraient à priori pas concernés, car les difficultés ne sont pas plus importantes que dans le reste de l’île de France.  

Les agents du ministère de l'Intérieur restent en moyenne un peu moins de trois ans en Seine-Saint-Denis, quand ils restent plus de sept ans dans l'Essonne par exemple. 

En Seine-Saint-Denis, deux tiers des professeurs sont débutants. Dans les collèges, près de la moitié des enseignants restent moins de deux ans dans ce département. 

À partir de quand cette prime va être versée ?

À compter de 2020 pour ceux qui arriveront en Seine-St-Denis. La prime leur sera versée au bout des cinq ans en une seule fois. Pour ceux qui sont déjà en poste, le gouvernement réfléchit à l'idée de prendre en compte la part des années qu'ils feront s'ils prolongent leur séjour.

Quel financement ?

Le gouvernement ne donne pas encore le montant global. La prime montera en puissance progressivement, et sera financée sur le budget de chaque ministère concerné.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.