Michel Sapin à la sortie du Conseil des Ministres le 27 avril
Michel Sapin à la sortie du Conseil des Ministres le 27 avril © MaxPPP / Christophe Morin

Le ministre des Finances, Michel Sapin admet avoir eu un geste "inapproprié" envers une journaliste, dans un communiqué mardi soir. Il est mis en cause dans un livre "L'Elysée Off", qui l'accuse d'avoir fait claquer l'élastique de la culotte d'une journaliste qui se baissait. Selon le ministre, ce livre rapporte ces faits "de manière mensongère, calomnieuse et injurieuse" mais reconnaît avoir choqué par son attitude la journaliste concernée, en marge du Forum de Davos.

Au lendemain de l'affaire Denis Baupin, accusé de harcèlement sexuel et d'agressions sexuelles par plusieurs élues, la députée socialiste Delphine Batho a relancé la polémique sur des accusations de sexisme envers Michel Sapin. Dans le livre "l'Elysée off", le ministre des Finances Michel Sapin est accusé d'avoir eu un geste déplacé envers une journaliste.

Dans son communiqué publié ce mercredi, Michel Sapin affirme :

Lors d'un déplacement en janvier 2015 à Davos, au milieu d'une vingtaine de personnes, j'ai fait à une journaliste une remarque sur sa tenue vestimentaire en posant ma main sur son dos". "Il n'y avait dans mon attitude aucune volonté agressive ou sexiste mais le seul fait d'avoir choqué la personne en question démontre que ces paroles et ce geste étaient inappropriés et j'en ai été et en suis encore désolé.

Michel Sapin précise que la journaliste lui avait immédiatement demandé un tête à tête pour lui faire part de son indignation et qu'il avait alors présenté ses "très sincères excuses".

Delphine Batho monte au créneau

Ce mercredi matin, Michel Sapin ne s'est pas montré à la sortie du conseil des ministres.

Cette affaire, ébruitée il y a quelques semaines, a été relancée mardi par l'ancienne ministre socialiste Delphine Batho. La députée a demandé mardi au ministre des Finances de s'expliquer.

Michel Sapin, soutenu par S. Le Foll et B. Le Roux

Mercredi matin, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, invité sur France Inter, a évoqué un contentieux entre Delphine Batho et Michel Sapin pour expliquer la demande d'explications de la députée. Delphine Batho a immédiatement réagi sur Twitter :

Interviewée ensuite dans le journal de 13h de France Inter ce mercredi, elle a déclaré au micro de Frédéric Métézeau

C'est un réflexe assez classique de mettre en doute la motivation des femmes qui dénoncent le machisme et le sexisme en politique. Plutôt que de chercher à me discréditer moi, Bruno Le Roux devrait demander comme je l'ai fait, une enquête au sein du groupe socialiste pour savoir si des collaboratrices se sont plaintes de hercèlement sexuel"

Selon le porte-parole du gouvernementStéphane Le Foll, les précisions apportées par Michel Sapin étaient "nécessaires". Il a appelé à ne pas faire d'"amalgames".

Michel Sapin s'est exprimé pour dire ce qu'il avait à dire sur ce qui s'était passé. Et dire qu'il le regrettait", a déclaré Stéhane Le Foll, interrogé lors du compte rendu du Conseil des ministres mercredi.

L'affaire Baupin dans toutes les têtes

Michel Sapin explique s'être senti obligé de faire cette mise au point par les témoignages "effroyables et inacceptables de harcèlement ou d'agressions sexuelles" visant Denis Baupin. La confusion et l'amalgame me sont insupportables", dit le ministre des Finances, qui assure qu'on ne peut confondre son "geste inapproprié" avec "la gravité d'un harcèlement ou d'uneagression sexuelle".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.