Le Premier ministre a souligné jeudi qu'un confinement serait appliqué "sans délai" en cas de "forte dégradation épidémique". Un message relayé par Bruno Le Maire et Gabriel Attal. La circulation des variants du coronavirus inquiète tout particulièrement les autorités.

Gabriel Attal, Jean Castex et Bruno Le Maire
Gabriel Attal, Jean Castex et Bruno Le Maire © AFP / Xosé Bouzas, Thomas COEX, Ludovic MARIN

La mise en place d'un couvre-feu à 18h sur l'ensemble du territoire français à compter de ce samedi, annoncé jeudi 14 janvier par le Premier ministre, pourrait n'être qu'une étape avant un reconfinement. C'est le message martelé ces dernières heures par le gouvernement, qui surveille avec attention les indicateurs des contaminations et hospitalisations, ainsi que la circulation en France de variants plus contagieux du coronavirus

Jean Castex : un confinement appliqué "sans délai" en cas de forte dégradation

Beaucoup redoutaient entendre le Premier ministre annoncer un troisième confinement, lors de sa conférence de presse ce jeudi 14 janvier. Cela n'a pas été le cas. L'exécutif mise pour l'heure sur un élargissement du couvre-feu à 18h, jusqu'ici appliqué dans 25 départements : tout le territoire est désormais concerné. 

Pour autant, Jean Castex a prévenu : 

"Si nous constatons, dans les prochains jours, une dégradation épidémique forte, nous serions conduits à décider sans délai d'un nouveau confinement"

Bruno Le Maire : "Si [ le couvre-feu] ne suffit pas, il y aura un confinement"

Le couvre-feu "est la solution qui doit nous permettre de limiter la circulation du virus. On voit que dans les départements où ça a été appliqué, c'est efficace", a défendu ce vendredi matin le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, invité de BFMTV-RMC. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Nous verrons dans les jours, les semaines qui viennent, si la circulation du virus est contenue. Si cela ne suffit pas (...), il y aura un confinement" a-t-il poursuivi, précisant qu'il ne souhaitait pas en arriver à cette option. 

Gabriel Attal : "Le reconfinement reste une option sur la table"

Même discours tenu ce vendredi par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur le plateau de Franceinfo. La décision d'étendre le couvre-feu à 18h a été "difficile", a-t-il expliqué. "On n'a pas de hausse exponentielle de l'épidémie mais on a une préoccupation forte, avec des variants qui circulent'". C'est pourquoi "le reconfinement reste une option sur la table", a-t-il également souligné.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix