Selon le baromètre politique Odoxa, réalisé auprès d'un échantillon de 1 005 Français, le président de la République et le Premier ministre gagnent en mars des points de popularité... mais moins qu'espéré. Une large majorité des personnes interrogées ne les estime pas à la hauteur de la crise sanitaire actuelle.

Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Olivier Véran lors d'une réunion à l'Élysée le 24 mars 2020
Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Olivier Véran lors d'une réunion à l'Élysée le 24 mars 2020 © AFP / Ludovic Marin

Un gain de 5 points de popularité pour Emmanuel Macron en mars, 6 points pour Édouard Philippe. C'est bien peu au regard du contexte actuel, explique Gaël Sliman, président d'Odoxa : "D'habitude, quand on a des situations de guerre, de crise, comme celle que nous vivons, l'exécutif en profite, si j'ose dire, énormément en terme de popularité. Et là ce qui est intéressant, c'est qu'on voit que le président comme le Premier ministre en profitent finalement assez peu. On a toujours six Français sur dix qui pensent que le président n'est pas un bon président, et que le Premier ministre n'est pas un bon Premier ministre."

Selon les sondages hebdomadaires réalisés par Odoxa, une bascule a eu lieu vers le 19 mars. Quelques jours avant, suite à l'allocution d'Emmanuel Macron, les Français était prêt à faire bloc face au virus : 82% estimaient que le président avait pris la mesure de la gravité de la situation. Mais ensuite, les polémiques ont provoqué une rechute de la cote  de popularité.

"Il y a eu trop de polémiques, notamment concernant le manque de moyens accordés aux hôpitaux, concernant les masques aussi", explique Gaël Sliman. "Ces éléments ont brouillé la perception de l'action de l'exécutif. On a le sentiment d'une union nationale gâchée par ces dernières polémiques sur la gestion de la crise du coronavirus."

"Désunion nationale"

Une situation de "désunion nationale" qui nuit tout autant à l'opposition qu'à l’exécutif. 73% des sondés ne la jugent pas à la hauteur. Les Français interrogés sont très critiques aussi à l'égard de leurs concitoyens : 73% estiment que dans leur ensemble, les citoyens ne sont pas non plus à la hauteur.

Alors, à qui fait-on confiance dans cette crise ? Selon le baromètre, aux personnels soignants bien sûr. Mais aussi aux préfets, aux entreprises et surtout aux maires. Ce sont eux qui sont jugés les plus crédibles.

Bachelot plébiscitée, tout comme... Raoult et Salomon

Du côté des personnalités politiques, Roselyne Bachelot prend la première place du palmarès d'adhésion réalisé par Odoxa. L'ex-ministre de la Santé, raillée il y a dix ans pour sa gestion de la grippe H1N1, semble réhabilitée. 

Plus étonnant, en deuxième et troisième position de ce palmarès, le professeur Didier Raoult, très médiatisé récemment pour son étude sur la chloroquine comme traitement du Covid-19, et le directeur général de la santé Jérôme Salomon. Étonnant car leur présence détone dans un baromètre composé, en temps normal, exclusivement de personnalités politiques (nous avons fait le choix de les présenter séparément ici).

Gaël Sliman justifie ainsi le choix d'intégrer à ce palmarès deux scientifiques (au risque de fausser le classement) : "On a ouvert le palmarès à des personnalités qui ne sont pas des personnalités politiques à proprement parler, mais qui, avec la crise actuelle, ont un rôle important pour la société civile. C'est pour ça qu'on a intégré le professeur Salomon, qui fait un point régulier sur la situation. Et aussi le professeur Raoult, qui est au cœur de l'actualité."

Des experts plébiscités par les Français interrogés par Odoxa, qui selon Gaël Sliman "attendent de l'expertise et du sérieux, et semblent penser que leurs dirigeants politiques en manquent cruellement en ce moment."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.