Alors que la première version des annonces d'Emmanuel Macron a fuité dans la presse, le chef de l'État a choisi de s'exprimer jeudi face aux journalistes à l'Élysée. S'il devrait confirmer un certain nombre de mesures, il lui faudra aussi les préciser, car sur de nombreux sujets, le flou demeure.

Emmanuel Macron va devoir affiner, voir enrichir ses propositions issues du grand débat
Emmanuel Macron va devoir affiner, voir enrichir ses propositions issues du grand débat © Radio France / POOL / Yoan VALAT

Lors de son allocution prévue lundi dernier, mais reportée à cause de l'incendie à Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron avait prévu d'annoncer un certain nombre de mesures. Des pistes qui manquent souvent de concret, selon ce qui a fuité depuis. Tour d'horizon de ce qui devra être précisé jeudi, lors de propos liminaires puis d'une conférence de presse, dans la salle des fêtes de l'Elysée.

  • Une baisse d'impôt... Pour qui ?

Sur l'une des promesses les plus attendues, la baisse d'impôt pour les classes moyennes, le chef de l'État devra répondre à de nombreuses interrogations. Qui sera vraiment concerné par cette baisse ? Quelles tranches d'impôt sur le revenu ? Comment ce sera financé ? 

À cette dernière question, le Président précise que certaines niches fiscales seront supprimées. Oui, mais lesquelles sur les 450 que compte le système français ? 

Emmanuel Macron, dans cette allocution non diffusée, promettait aussi de baisser la dépense publique, en évoquant la nécessité de travailler davantage pour financer la baisse d'impôt. Mais là encore, c'est très flou. Âge de départ à la retraite repoussé, jour férié supprimé, 35 heures révisées, on ne sait pas quelles seront les pistes retenues.

  • La transition écologique... Comment ?

Seule mesure nouvelle prévue dans la première allocution, la création d'une convention de 300 citoyens tirés au sort, chargés de travailler sur le sujet. Une promesse bien faible par rapport aux enjeux, s'alarment déjà des ONG. 

Comme unique proposition concrète, le discours confirme la prise en charge d'une prime mobilité pour les salariés utilisant des transports propres, une disposition qui figure déjà dans la loi Mobilités défendue par la ministre Elisabeth Borne.

  • La suppression de l'ENA... Maintenue ?

Ce projet de suppression de la prestigieuse école a provoqué de vives critiques. Mais selon une députée LREM, il s'agirait davantage d'une refonte que d'une suppression. Selon Le Parisien, l'idée de la remplacer par une autre entité fait son chemin. Une nouvelle école qui pourrait être baptisée ISF... Institut Supérieur des fonctionnaires. 

Quid aussi des autres structures, dont devait parler le chef de l'État dans son allocution. L'Ecole Nationale de la Magistrature est-elle ciblée?

  • Mères isolées... Quelle structure ?

L'État devrait désormais garantir les pensions alimentaires aux mères isolées. Mais le fonctionnement doit encore être précisé. Y aura t'il une structure tierce pour récupérer ces pensions ?  

Aujourd’hui en France, 30 à 40% des pensions alimentaires sont totalement ou partiellement impayées.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.