Pour tenter de calmer la fronde des gilets jaunes, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi plusieurs "mesures d'apaisement". Parmi ces gestes, un moratoire sur la hausse des taxes sur le carburant.

Edouard Philippe a détaillé les mesures ce mardi à la mi-journée
Edouard Philippe a détaillé les mesures ce mardi à la mi-journée © AFP / AFP

Alors qu'il s'était montré jusqu'ici inflexible, le gouvernement recule face à la fronde des gilets jaunes, après plus de quinze jours de manifestations et de blocages. Le premier ministre a annoncé ce mardi à la mi-journée plusieurs "mesures d'apaisement", dont plusieurs sont censés répondre aux revendications des manifestants. Il annonce également la tenue d'une concertation du 15 décembre au 1er mars.

Suspension des hausses des taxes sur le carburant

C'était la revendication principale des gilets jaunes, le point de départ de la contestation : le gouvernement recule sur la hausse de la taxe carbone. L'essence devait augmenter, au 1er janvier 2019, de 2,9 centimes, le diesel de 6,5 centimes. Cette mesure fiscale est suspendue pour six mois, le temps de trouver des mesures d'accompagnement avec les partenaires sociaux.

Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la Nation - E. Philippe

Le gouvernement va également suspendre le rapprochement des taxes sur l'essence et le diesel, et la hausse des taxes prévues sur le gazole non routier (GNR), utilisé notamment par les entreprises de travaux publics. "Elles ne s'appliqueront pas avant d'être débattues avant toutes les parties prenantes", a-t-il expliqué. "Nous voulons dans ce laps de temps identifier et mettre en oeuvre des mesures d'accompagnement justes et efficaces. Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences". Le premier ministre a également évoqué la création d'une "prime mobilité", qui sera étudiée pendant la concertation. 

Suppression de la réforme du contrôle technique

C'était l'autre grande revendication des gilets jaunes, le gouvernement cède également sur ce point, au moins provisoirement : la réforme du contrôle technique est suspendue pour une durée de six mois. Les nouvelles modalités faisaient passer d'une centaine à plus de 400 le nombre de points de contrôle. En suivant une directive européenne de 2014, cette réforme avait pour but d'éliminer les véhicules les plus délabrés et polluants.

Suspension des hausses des tarifs de l'électricité et du gaz

Alors qu'ils devaient augmenter au 1er janvier 2019, le premier ministre a annoncé le gel des tarifs du gaz et de l'électricité, au moins jusqu'à la fin de l'hiver. Le CLEEE, le Comité de liaison des entreprises consommatrices d'électricité, s'attendait à une hausse du prix de l'électricité de l'ordre de 8 à 10%.

Ouverture d'un débat national sur les impôts

Edouard Philippe annonce la tenue d'un débat national sur les impôts, dont le système est trop complexe et trop peu transparent. Mais le premier ministre prévient : toute baisse de la fiscalité sera couplée à une baisse de la dépense publique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.