[scald=81597:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Thierry Mariani va recevoir ce mardi les acteurs du dossier SeaFrance pour étudier les conditions de la relance de la liaison transmanche Calais-Douvres et l'avenir des salariés, annonce le ministère chargé des Transports dans un communiqué.

Le ministre recevra Guillaume Pepy, président de la SNCF, dont SeaFrance est une filiale, ainsi que Stéphane Gorrias, mandataire liquidateur désigné par le tribunal, Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, et Philippe Louis-Dreyfus, président du groupe Louis Dreyfus Armateurs (LDA), précise le communiqué.

La liquidation définitive prononcée lundi par le tribunal de commerce de Paris ne signifie pas la mort de la compagnie de ferries, a déclaré pour sa part mardi la ministre des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet.

"On se donne tous les moyens pour que ce ne soit pas fini", a dit sur Europe 1 la ministre, qui doit se rendre dans la journée à Calais pour y rencontrer les représentants des 880 salariés concernés.

"La liaison Calais-Douvres a un avenir, les salariés de SeaFrance ont des compétences, ils ont aussi un avenir et nous voulons être en mesure de les accompagner", a-t-elle ajouté.

Chaque salarié recevra une indemnité majorée ainsi qu'une proposition de reclassement de la SNCF, a dit la ministre.

Deux solutions sont possibles : un projet de coopérative des salariés, qui semble cependant dans l'impasse, et un repreneur privé.

Louis Dreyfus Armateurs (LDA) propose ainsi de mettre en oeuvre deux de ses bateaux et de reprendre 300 marins de SeaFrance sous pavillon français pour assurer la liaison Calais-Douvres.

Eurotunnel a annoncé pour sa part vouloir soutenir le projet de reprise de SeaFrance par ses salariés en prenant des parts dans une société qui rachèterait ses navires.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.