Thomas Thévenoud, démissionnaire neuf jours après sa nomination
Thomas Thévenoud, démissionnaire neuf jours après sa nomination © Maxppp / Thomas Padilla

Il rêvait depuis des années d'être appelé au gouvernement et sera finalement le ministre le plus éphémère de la Ve République : neuf jours après sa nomination, le secrétaire d'État au Commerce extérieur a dû démissionner pour s'être soustrait au fisc.

Seul Léon Schwartzenberg, en 1988, était resté aussi peu de temps dans un gouvernement récent : neuf jours à peine après sa nomination au sein du gouvernement Valls 2.

L'annonce est tombée en fin d'après-midi jeudi, via un communiqué de l'Elysée.

Sur proposition du Premier ministre [le président François Hollande] a mis fin aux fonctions de M. Thomas Thévenoud, secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l'étranger, à sa demande et pour des raisons personnelles.

Raisons personnelles ? Un joli euphémisme. Car dans la soirée, Thomas Thévenoud admet, dans une déclaration écrite à l'AFP, des "retards de déclaration et de paiement (...) à l'égard de l'administration fiscale", qui "sont, à ce jour, intégralement régularisés avec l'ensemble des pénalités qui s'y référent, conformément à la loi".

Certains médias affirmaient jeudi soir que M. Thévenoud n'avait pas déclaré ses revenus pendant plusieurs années. L'ex-ministre assure n'avoir "jamais fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire ou fiscale".

"Tous les députés ne sont pas des Cahuzac !"

Comble de l'ironie, Thomas Thévenoud avait été vice-président de la mission d'information sur la fraude fiscale et vice-président de la commission d'enquête... sur l'affaire Cahuzac.

Pour Charles de Courson, député UDI et ancien président de cette commission, il n'avait pas le choix (propos recueillis par Sandy Dauphin

C'est l'un de ses proches, le député PS du Lot-et-Garonne Matthias Fekl, 36 ans, franco-allemand, qui succède, avec exactement les mêmes attributions, à Thomas Thévenoud, 40 ans, fabiusien et proche d'Arnaud Montebourg, élu comme lui de Saône-et-Loire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.