Quelques heures après l'attaque au couteau à la préfecture de police, Christophe Castaner affirmait que l’auteur de l’attaque n'avait jamais présenté “le moindre signe d’alerte”. On sait depuis que c'est en partie faux. Ce n'est pas la première fois que le ministre de l'Intérieur parle trop vite.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, le 13 septembre 2019, place Beauvau à Paris.
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, le 13 septembre 2019, place Beauvau à Paris. © Maxppp / Sébastien Muylaert

Christophe Castaner a été nommé ministre de l'Intérieur en remplacement de Gérard Collomb le 16 octobre 2018. Depuis, il lui est arrivé à plusieurs reprises de parler trop vite et de s'en mordre les doigts. Revue.

Octobre 2019, l'attaque à la préfecture de Paris

Le contexte - Jeudi 3 octobre, Mickaël Harpon, informaticien à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris, s'attaque au couteau à cinq de ses collègues, tuant quatre personnes et faisant une blessée.  

Ce qu'il a dit - Quelques heures après l’attaque, en visite à la préfecture, le premier flic de France déclare à la presse que Mickaël Harpon, l’auteur de l’attaque, n'a “jamais présenté de difficultés comportementales”, pas “le moindre signe d’alerte”. 

Ce qu'il s'est passé in fine - Depuis, le parquet antiterroriste a repris officiellement l’enquête. Lors d’une conférence de presse le 5 octobre, le procureur de la République du parquet national antiterroriste, Jean-François Ricard, affirme que l'assaillant s'est converti à l'islam il y a une dizaine d’années. Son casier judiciaire est vierge, mais il a fait l’objet d’une plainte pour violences conjugales. Ni Mickaël Harpon ni sa femme sont fichés S. Le matin des faits les deux époux se seraient échangé 33 messages à connotation exclusivement religieuse : “Allah Akbar” et “Suis notre prophète bien-aimé Muhammed et médite le Coran”, envoyé trente minutes avant l'achat de deux couteaux à 12h18.  

Le procureur évoque aussi "son approbation de certaines exactions commises au nom de cette religion, son souhait de ne plus avoir certains contacts avec les femmes, sa justification, auprès d’un contact de travail des attentats commis dans les locaux du journal Charlie Hebdo en 2015, son changement d’habitude vestimentaire depuis quelques mois enfin, l’intéressé abandonnant toute tenue occidentale au profit d’une tenue traditionnelle pour se rendre à la mosquée". explique Jean-François Ricard.

Comment il a réagit - Lundi, sur France Inter, le ministre répond que si Mickaël Harpon "est passé à travers les mailles du filet", c'est "tout simplement parce qu'il n'y a pas eu d'alerte au bon niveau et de façon suffisante". "Je ne cherche pas à me dédouaner (...), j'ai parlé sur la base des éléments que j'avais".

Mai 2019, l'explosif à Lyon

Le contexte - Le 24 mai 2019, une bombe déposée dans un sac explose devant une boulangerie du centre de Lyon, faisant 13 blessés légers. Très vite, un suspect est arrêté. 

Ce qu'il a dit - Sur CNews, le 28 mai, alors que le suspect est encore en garde-à-vue, Christophe Castaner, déclare qu'il n'y a “pas de doute” que “nous avons actuellement en détention 'le' responsable de cet acte qui aurait pu tuer.” Il ajoute, estimant que l'homme en garde à vue avait bien l'intention de tuer, “qu'on ne fabrique pas une bombe pour faire passer un message.” 

Ce qu'il s'est passé in fine - Dans la journée, le ministre se fait alors recadrer par le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. Dans un communiqué, ce dernier rappelle qu'il est le seul habilité à “rendre publique des éléments objectifs tirés de la procédure”. 

Comment il a réagit - à notre connaissance, Christophe Castaner n'a jamais réagit à ce communiqué.

Mai 2019, la Pitié-Salpétrière

Le contexte - Le 1er-Mai dernier, des dizaines de participants au défilé font intrusion à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Le soir même, Christophe Castaner convoque la presse et parle “d'attaque de l'établissement” par des manifestants ainsi que de “personnel soignant agressé” et d'un “policier blessé” pour les protéger. 

Ce qu'il a dit - Dans un tweet diffusé le 1er Mai, Christophe Castaner déclare: “Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger. Indéfectible soutien à nos forces de l’ordre : elles sont la fierté de la République.” 

En déplacement sur place le jour des faits, il déclare : “Des gens ont attaqué un hôpital, des infirmières ont dû préserver le service de réanimation. Nos forces de l’ordre sont immédiatement intervenues pour au fond sauver le service de réanimation. Des gens qui sont venus pour casser, brûler, attaquer et qui ont volé aux organisations syndicales leur fête”.

Ce qu'il s'est passé in fine - Plusieurs vidéos contredisent la version du ministre. On y voit des manifestants courir, quelques 'gilets jaunes' mais aucun 'blacks blocs'. Tous fuient les forces de l'ordre arrivées dans l'enceinte de l’hôpital. De plus, les soignants et le personnel de l'hôpital du service de réanimation contredisent également la version de Christophe Castaner. Aucun ne parle de violence.

Comment il a réagit - Vendredi 3 mai, deux jours après l’intrusion, Christophe Castaner reconnaît en conférence de presse : “Je n’aurais pas dû employer le terme 'attaque'” mais plutôt celui “d’intrusion violente”. “Accepter de revenir sur ses mots, ça ne me pose aucun problème. C’est naturel aussi qu’un homme politique soit un homme qui (…) puisse se dire qu’une situation a évolué”, a poursuivi le ministre. Christophe Castaner a également ajouté : “Cet incident, au lieu d’être nié dans une polémique absurde, devrait tous nous émouvoir”. 

Janvier 2019, les LBD qui n'ont jamais servi à attaquer des gilets jaunes

Le contexte - Lors d'un déplacement dans l'Aude, en janvier dernier, en pleine polémique sur les violences policières commises à l'encontre des "gilets jaunes", le ministre de l’Intérieur assure qu'il n'a jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant au LBD.

Ce qu'il a dit - "Quand elles [les forces de l'ordre, NDLR] sont acculées, elles utilisent des moyens [de défense]. Mais naturellement, je n'ai jamais vu un policier ou un gendarme attaquer un manifestant ou un journaliste. À l'inverse, j'ai vu des manifestants attaquer systématiquement nos forces de sécurité et attaquer des journalistes" estime Christophe Castaner, filmé ici par TV Carcassonne.

Ce qu'il s'est passé in fine - De nombreux manifestants ont témoigné des violences subies lors des manifestation "gilets jaunes" en décembre 2018, janvier 2019 et après. Le journaliste David Dufresne en a tenu le décompte avec son célèbre compte "Allo Place Beauvau".

Comment il a réagit - Quelques semaines après ses déclarations de janvier, Christophe Castaner change de ton au micro d’Hugo Clément sur Konbini : “Je ne dis pas que tout est parfait et je ne nie pas les blessés du côté des gilets jaunes. Ce que je dis c’est qu’à chaque fois, ça fera l’objet d’une enquête. Et s’il est déterminé qu’il y a une faute il y aura des sanctions.” 

Cet article a été réalisé avec le concours des étudiants de l'école de journalisme de SciencesPo. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.