Najat Vallaud-Belkacem détaille ce mardi dans le journal Les Echos le budget de l’Education Nationale pour 2017.

Najat Vallaud-Belkacem sur les bancs de l'école...
Najat Vallaud-Belkacem sur les bancs de l'école... © Radio France / Olivier Vidal

Pas d'annonces fracassantes : jeudi dernier, la hausse importante de la part du budget 2017 de l'Education Nationale et de la Recherche avait déjà été annoncée par le Secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert. 2,9 milliards d'euros de plus par rapport au budget 2016 : 2,15 milliards pour l'Education Nationale, et 850 millions d'euros pour l'Enseignement Supérieur et la Recherche. Cela devrait permettre de financer les annonces délayées ces derniers mois par le gouvernement : créations de postes, hausse de la prime des professeurs des écoles et dégel du point d'indice, ou encore augmentation des bourses lycéennes. "Ce budget confirme que la jeunesse est bien, comme promis, la priorité du quinquennat", se félicite Najat Vallaud-Belkacem. A neuf mois de la présidentielle, le gouvernement veut rassurer une partie de l'électorat traditionnellement acquis à la gauche.

"Ça fait partie des arguments politiques. A la veille d'une échéance importante, on a tendance à flatter d'une façon ou d'une autre un électorat que l'on pense captif. [Mais] le climat général politique interroge une partie de nos collègues enseignants. Donc je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui, on fasse basculer une élection avec des financements nouveaux". Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat SE-Unsa.

Plus de postes

11.662 postes seront créés à la rentrée prochaine (4.311 dans le primaire, 4.400 dans les collèges et lycées, 1.000 postes dans le privé et 1.951 postes non enseignants, notamment pour l’accompagnement des enfants en situation de handicap). A cela s’ajoutent 5.000 postes dans l’enseignement supérieur et 1.000 dans l’enseignement agricole. Et la crise des vocations ? Pour la ministre, pas d’inquiétude : depuis deux ans, les inscriptions aux concours repartent à la hausse. Cela devrait mener à la création des fameux 60.000 postes promis par François Hollande en 2012.

Plus de pouvoir d’achat

L’enveloppe de trois milliards d’euros va également permettre de revaloriser les salaires. En septembre, les professeurs des écoles vont toucher 100 euros bruts de plus par mois grâce à une augmentation de leur prime Isae (Indemnité de suivi et d’accompagnement des élèves). Par ailleurs, à compter de janvier 2017, le point d’indice sera dégelé. La ministre répète aussi que l’engagement des enseignants sera mieux reconnu, avec une accélération de carrière pour ceux qui acceptent de rester plusieurs années dans l’éducation prioritaire, ou de prendre des fonctions de directeur d’école. Dans l’enseignement supérieur et la recherche, le gouvernement va financer des titularisations.

Les élèves aussi vont bénéficier de cette hausse budgétaire puisque 50.000 lycéens et 70.000 étudiants vont être accompagnés dans leur recherche du premier emploi avec 200 euros pendant quatre mois, et les bourses seront augmentées de 10%.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.