PARIS (Reuters) - Près de trois quarts des Français, essentiellement des opposants au président sortant, affirment que leur "opinion" sur Nicolas Sarkozy ne changera pas, à moins de cinquante jours du premier tour de l'élection présidentielle, d'après un sondage Viavoice pour Libération rendu public lundi.

Soixante-quatorze pour cent des personnes interrogées estiment que leur opinion est faite, et parmi elles, 73% disent ne pas souhaiter la réélection du chef de l'État.

Seuls 24% des sondés déclarent au contraire que "la campagne électorale" pourra les "faire changer d'avis" sur le président-candidat, et parmi eux, 45% disent souhaiter sa réélection. Ces Français susceptibles de changer d'avis sont principalement des électeurs du centre-droit et de l'extrême droite, précise l'institut de sondage.

"L'équation électorale du candidat Sarkozy apparaît complexe. Sans être parvenu à modifier le rapport de forces politiques jusqu'ici, il ne dispose, pour l'instant, que d'un faible potentiel de conversion en sa faveur", écrit dans un communiqué François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice.

Une majorité de Français (53%) estime par ailleurs que Nicolas Sarkozy a "plutôt raté" son entrée en campagne et, à choisir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, le candidat PS est jugé plus rassembleur (56% contre 28%), plus en phase avec les préoccupations des Français (56% contre 26%) et plus à même d'améliorer la situation de la France (46% contre 35%).

Une majorité de Français juge en revanche que Nicolas Sarkozy est le plus "capable de peser sur la scène internationale" (53% contre 33%). Un thème sur lequel le président a d'ailleurs attaqué son principal adversaire lundi.

Le candidat UMP est également considéré comme celui ayant le plus "la stature d'un chef d'Etat" (47% contre 36%) et étant le plus "déterminé" (46% contre 39%).

Ce sondage a été réalisé par téléphone les 1er et 2 mars auprès d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus via la méthode des quotas.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.