u lendemain du déballage des comptes de l'UMP avec l'annonce d'une dette abyssale de 74,5 millions d'euros, découvrez la petite cuisine budgétaire du parti de droite qui fait craquer tous les sourires de façade des dirigeants de l'UMP

Face aux paroles rassurantes d'Alain Juppé hier, lors de la remise de l’audit officiel des comptes de l’UMP ("L’UMP peut fonctionner jusqu’en 2017 si elle suit des exigences fortes"), il y a les déclarations.

rachida dati dément tout conflit d’intérêt entre ses activités d’avocate et d’eurodéputée
rachida dati dément tout conflit d’intérêt entre ses activités d’avocate et d’eurodéputée © reuters

Ce matin sur Twitter, Rachida Dati eurodéputée et maire du VII arrondissement de Paris

Cette nuit sur Facebook , Jean-François Copé ancien président de l'UMP

Ce sont les règlements de compte personnels qui rendent l'UMP inaudible.

Hier chez nos confrères de France Info, Xavier Bertand député maire de Saint Quentin : "Je suis écoeuré aussi par ces calomnies, bien sûr que c'est faux (...) je viens vous voir avec la facture que j'ai acquitté moi-même".

Si les cadres de l'UMP n'ont de cesse de se justifier. C’est que les révélations fusent dans la presse pour tenter de répondre à cette question cruciale : comment le parti en est-il arrivé là ?

« Dans l’UMP de Copé le pillage était généralisé » titre le Canard Enchaîné

Ce matin, ce sont les révélations du Canard Enchaîné qui font du bruit. Le journal fait la liste de tout ce qui a, selon lui, été payé directement par le parti :

  • Le train de vie dispendieux de l’ancien président et de son épouse (24 000 euros de billets d’avion).

  • Le salaire de Geoffroy Didier, collaborateur de Brice Hortefeux (8 500 euros bruts mensuels).

  • La fuite du JDD sur le réveillon à Center Park de Xavier Bertrand.

  • Une facture de téléphone de Rachida Dati (10 000 euros par an).

  • Les déplacements de l’ancienne garde des Sceaux (9 000 euros de train et 4 000 euros de billets d’avion en 2013).

  • Le salaire d’une de ses collaboratrices (7 000 euros).

  • Les téléphones portables de Jean-François Copé : pour sa voiture, son chauffeur, et lui-même (8 000 euros par an).

  • Les frais de bouche de l’ex-vice-président de l’UMP Marc-Philippe Daubresse, député du Nord (7 000 euros)

Tout cela n'est qu'une goutte d'eau dans la dette du parti

Face à ce déballage de factures et de fuites dans la presse, les responsables provisoirs du parti appellent au calme. Il s'agit surtout de faire face à la dette avant la prochaine joute pour la présidence de l'UMP entre François Fillon, Alain Juppé et peut être... Nicolas Sarkozy

La dette endémique de l'UMP
La dette endémique de l'UMP © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.