Il a été réalisé par l'Inspection générale des Finances et il semble montrer que les problèmes des services pénitentiaires sont d'abord informatiques. Lors de l’affaire Laëtitia-Meilhon les services pénitentiaires d'insertion et de probations avaient été pointés du doigt par le ministère de la Justice.

Nathalie Hernandez

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.