Le controversé maire FN d'Hayange, Fabien Engelmann
Le controversé maire FN d'Hayange, Fabien Engelmann © Radio France / Philippe Neu

Le tribunal administratif de Strasbourg a déclaré ce vendredi le maire FN de Hayange (Moselle), Fabien Engelmann, inéligible pour un an, suite à un "manquement d'une particulière gravité" dans ses comptes de campagne. L'élu compte faire appel.

A peine la décision rendue, l'élu frontiste de 35 ans a annoncé sa décision de faire appel auprès du Conseil d'Etat.

Fabien Engelmann, maire FN de Hayange a Moselle a expliqué :

J'ai un mois pour faire appel. J'ai rendez-vous dès lundi avec mes avocats. Le Front national est derrière moi, Marine Le Pen également, et bien entendu nous allons faire appel au Conseil d'Etat

Au téléphone de François Pelleray de France Bleu Lorraine Nord, l'élu dénonce une "décision politique" et une justisce à deux vitesses

Le tribunal de Strasbourg a estimé que c'était "à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avait rejeté le compte de campagne de M. Engelmann", en octobre. Le tribunal a également jugé qu'il avait "commis un manquement d'une particulière gravité aux règles relatives au financement des campagnes électorales".

Une décision qui ne le contraint pas à la démission puisqu'il a décidé de faire appel. Elle ne s'appliqueraque lorsque toutes les voies de recours auront été épuisées.

"Une erreur technique"?

Fabien Engelmann, ancien syndicaliste CGT rallié au Front national, avait fini en mars en tête du second tour des élections municipales avec 34,7% des suffrages devant le maire socialiste sortant, Philippe David, à l'issue d'une quadrangulaire.

Une anomalie avait notamment été relevée : 1.575 euros de frais de création et d'impression de tracts électoraux, que le candidat aurait omis d'intégrer à ses comptes de campagne, dont le total déclaré s'élevait à quelque 12.000 euros. La somme aurait été avancée par une colistière, son ex-première adjointe Marie Da Silva aujourd'hui entrée en dissidence.

Fabien Engelmann avait plaidé qu'il s'agissait d'une "erreur technique" et non d'une "fraude" comme l'en accuse Marie Da Silva. Aujourd'hui, elle demande au Front National de prendre ses responsabilités, de ne pas agir comme ll'"UMPS"; et de se "séparer de cet élément.

Elle l'a dit au téléphone de François Pelleray de France Bleu Lorraine Nord

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.