gilles bourdouleix
gilles bourdouleix © MaxPPP / GREGORY BOISSY

Gilles Bourdouleix, député-maire UDI de Cholet, a déclaré : "Hitler n'en a peut-être pas tué assez" à propos des gens du voyage installés sur sa commune. Un dérapage fermement condamnépar l'UDI qui devrait exclure l'élu du parti.

Gilles Bourdouleix s'est attiré les foudres de l'UDI après une visite mouvementé hier sur un terrain appartenant à la commune de Cholet, où 150 caravanes de gens du voyage se sont installées. Selon le Courrier de l'Ouest qui révèle l'affaire ce matin, le député-maire a été accueilli par des personnes mimant le salut nazi et l'accusant de racisme. L'élu aurait répliqué "comme quoi, Hitler n'en a peut-être pas tué assez" .

Le comité exécutif national du parti se réunira mercredi et devrait voter l'exclusion du député-maire de Cholet. Avant de prendre une décision, les cadres de l'UDI attendaient des preuves. Elles sont arrivées à la mi-journée. Le quotidien a mis en ligne sur son site l'enregistrement de la conversation.

Jean-Louis Borloo, le président de l'UDI a condamné ces propos dans un communiqué :

Quelles que soient les provocations bien réelles et inacceptables dont a été victime le député-maire de Cholet, rien ne justifie pour autant les propos qui auraient été apparemment tenus par ce dernier à en croire le son mis en ligne par Le Courrier de l'Ouest.

Gilles Bourdouleix se défend

Malgré l'enregistrement, Gilles Bourdouleix nie avoir tenu de tels propos. "Il s'agit de propos manipulés par un journaliste" , assure-t-il à l'AFP. L'élu explique avoir dit que "malheureusement, Hitler, il les tuerait ici, je ne dis pas qu'il aurait bien fait, je dis seulement que, quelque part, ils ont de la chance, personne ne va les tuer".

Gilles Bourdouleix a indiqué avoir déposé plainte pour diffamation, atteinte à l'honneur et atteinte à l'image contre Le Courrier de l'Ouest.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.