Un nouveau secrétaire national au parti communiste. Fabien Roussel, député du Nord, sera officiellement intronisé dimanche à l'issue du 38e congrès du Parti. Un congrès qui s'ouvre ce vendredi à Ivry-sur-Seine avec des discussions sur l'orientation que doivent prendre les communistes pour peser à nouveau à gauche.

Dimanche, le vote des délégués devrait entériner la désignation de Fabien Roussel comme nouveau secrétaire national du PCF
Dimanche, le vote des délégués devrait entériner la désignation de Fabien Roussel comme nouveau secrétaire national du PCF © Maxppp / Marc Demeure

Le nouveau patron a bien l'intention de faire entendre une voix au moins aussi forte que celle de Jean-Luc Mélenchon. Il a lui-même un caractère bien trempé. "Vous allez voir, avec Roussel, les communistes ça va dépoter !" confie un élu. 

Effectivement à 49 ans, ce député du Nord, élu seulement depuis 2017, cultive un franc-parler que Georges Marchais n’aurait pas renié. "J'suis pas patron, j'suis pas patron, ça a pas non ? Je suis qu'un député communiste d'abord !"

Georges Marchais qu’il a croisé adolescent alors qu’il manifestait contre la loi Devaquet. C’était en 1986. Cet ancien journaliste cameraman a fait ses premières armes dans les cabinets ministériels au moment de la gauche plurielle de Lionel Jospin, dans la com. 

Plus téméraire que son prédécesseur

De fait, il est assez doué dans le rôle du politique sympa et pas langue de bois. Exemple quand on le pique sur les communistes à la peine électoralement : "Non mais ça va oui, et puis quoi encore ! D'abord on n'a pas présenté de candidat à l'élection présidentielle, alors qui peut dire combien on aurait fait et c'est bien là le problème !"

Fabien Roussel, c'est la ligne qui refuse d'aller une fois encore jouer les utilités pour Jean-Luc Mélenchon. C'est aussi un style plus téméraire que son prédécesseur. Notamment sur les gilets jaunes qu'il défend sans ambages : "La colère elle ne se déclare pas en préfecture. Ce gouvernement pourrait porter une responsabilité forte s'il devait encore y avoir des accidents. Enfin quand même être incapable d'encadrer des manifestations ! Quand même quoi, on n'est pas une république bananière !" Le type est cash on nous avait prévenus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.