Les députés nouvellement élus sont plus nombreux que jamais à être issus de minorités visibles.

Danielle Obono, 36 ans, nouvelle députée LFI de Paris
Danielle Obono, 36 ans, nouvelle députée LFI de Paris © Maxppp / IP3 Press

Un homme, blanc, de plus de 50 ans... Pendant des années, cela a été le portrait-robot du parlementaire français. Encore en 2012, sur les 577 députés, seuls 10 étaient issus des minorités visibles. Ce mardi ils seront 35 députés issus de la diversité. Une situation qui a changé grâce, notamment, aux efforts de certains mouvements comme La République en Marche ou la France Insoumise, qui ont voulu miser sur une meilleure représentation de ce qui fait la France. Une stratégie qui a fonctionné et qui réjouit les parlementaires issus de cette diversité.

Écoutez le reportage de Ouafia Kheniche

La première parlementaire issue des minorités visibles

Bariza Khiari est un des premiers soutiens du Président. Année après année, au sein du Parti socialiste, elle gravit les échelons pour arriver un beau jour de 2001 à devenir sénatrice. A l'époque, le symbole est remarqué et remarquable aussi puisque cette fille d'Algérien débarque dans un hémicycle qui ne connait pas la diversité. Elle devient alors la première parlementaire issue des minorités visibles. Seize ans ont passé, la sénatrice a fini par quitter le PS. Dès les premières heures du macronisme, elle rejoint celui qui deviendra Président de la République. Aujourd’hui elle est ravie puisque après ces élections législatives, l'hémicycle rassemble selon elle, la vraie France de 2017.

Le pari de Macron

Pour la chercheuse au Cevipof, Réjane Sénac, auteure du livre "Les non-frères au pays de l'égalité" le pari de Macron d'offrir aux électeurs des élus qui leur ressemblent n'est qu'en partie gagné. "Certes les femmes sont mieux représentées, les personnes racisées aussi. Mais d'un point de vue social, on reste malgré tout dans une très large majorité de CSP+".

En 2017 la toute nouvelle assemblée a pris des couleurs. Danièle Obono, de la France insoumise, est là pour en témoigner. La jeune députée élue dans la 17ème circonscription de Paris est née au Gabon. Elle a 36 ans, elle est femme, noire, et pour elle, le fait de porter ces questions sur l’égalité et sur les discriminations est assumé.

"Au même titre que nous serons les seuls à parler de certains sujets, comme l’environnement par exemple, je sais que je devrai porter dans les débats publics les questions liées aux discriminations. " Pour elle, le racisme n'est pas un concept, et ce combat qui n'est pas le seul auquel elle tienne demeure malgré tout fondamental.

"C'est vrai, tu es vraiment députée" ?

La jeune femme est aussi consciente d’incarner un symbole fort auprès des personnes issues de cette diversité pour qui elle peut servir de modèle. Elle pense notamment aux petites filles du 18ème arrondissement, qui la voyant sur les affiches de campagne, s’émerveillaient, "c'est vrai, tu es vraiment députée ?"

Il aura fallu le bouleversement politique qu'a été cette zone de turbulences électorales pour que, enfin, au terme de ces élections législatives, l’hémicycle ressemble, un peu plus, à la France de 2017.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.