Meetings sur Facebook, passes d'armes sur Twitter, décryptages sur YouTube... Le web est devenu un véritable terrain de campagne à occuper soi-même ou en mobilisant les militants.

L'un des nombreux visuels réalisés par les militants de la France Insoumise
L'un des nombreux visuels réalisés par les militants de la France Insoumise

Pour y parvenir, les équipes des candidats redoublent d'ingéniosité et ont élaboré au fil des semaines des méthodes d'un nouveau genre. Outre les comptes officiels des candidats sur Twitter, Facebook, voire YouTube, ces derniers misent aussi sur les idées de leur base. Exemple avec cette vidéo signée Khaled Freak : un discours de Jean-Luc Mélenchon traité à l'effet Vocodeur...

La vidéo n'a pas été créée par le mouvement du candidat (le compte en réalise régulièrement sur toutes sortes de sujets), mais il a bénéficié de ses réseaux : plus d'un million de vues, avec le relai d'environ 7 000 jeunes sympathisants mais aussi de Jean-Luc Mélenchon lui-même. Certains appartiennent au groupe "Le Discord des Insoumis" et diffusent les messages du candidat de gauche. Sophia Chikirou est la directrice de la communication de campagne de Jean-Luc Mélenchon ...

Ce sont des jeunes de 18 à 25 ans, ils travaillent de façon collaborative sur différentes projets qui peuvent être proposés par un membre de cette communauté. C'était le but de cette campagne : de parvenir à se faire dépasser par l'élan qu'on pouvait susciter.

► ALLER PLUS LOIN | Ces politiques qui glanent les pouces bleus

Autre illustration de ces nouvelles méthodes de campagne, cette vidéo du compte RidiculeTV, qui tourne Emmanuel Macron en dérision.

Sauf que derrière ce compte et ces contenus présentés comme simplement potaches, on trouve en fait des militants pro-Fillon... démasqués par des journalistes de BuzzFeed et Rue89. S'ils n'en dépendent (officiellement) pas, ils sont soutenus par l'équipe officielle. Gauthier Guignard est le responsable de la campagne numérique.

La campagne ne réussit que si des cercles de plus en plus larges y prennent part. On peut pas avoir la maîtrise complète de tout ce qui se dit et heureusement, parce que c'est ce qui fait le succès d'un contenu.

Autre type de contenus viraux. Les "fake news", de fausses informations présentées comme vraies, et là c'est le Front national qui est en première ligne. Le trésorier du parti Wallerand de Saint-Just a relayé cette semaine (avant de se raviser) un faux sondage habillé aux couleurs du Figaro. Il donnait Marine le Pen en tête du premier tour avec 32% des voix.

► À L'ANTENNE | Tous les samedi, on décrypte la communication virtuelle des candidats dans Campagne.com

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.