vers une nouvelle "contribution climat-énergie"
vers une nouvelle "contribution climat-énergie" © reuters

À l'heure où des voix s'élèvent au sein de la majorité pour mettre en garde contre un "ras-le-bol fiscal" des français, le ministre de l’Ecologie annonce, lors des journées d'été d'Europe Ecologie-les Verts à Marseille, la création d'une taxe appelée "contribution climat-énergie".

Philippe Martin n’a précisé ni montant, ni le rythme de cette nouvelle taxe.

Une nouvelle taxe qui tombe on ne peut plus mal, à l'heure où des voix s'élèvent au sein de la majorité pour mettre en garde contre un "ras-le-bol fiscal" des français.

Plusieurs membres du gouvernement sont montés au créneau ce matin pour défendre la création du nouveau prélèvement.

"Il ne s'agit pas de créer une nouvelle taxe, il s'agit de verdir des taxes déjà existantes sur l'énergie", a expliqué la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem qui a précisé que"ce sera présenté au mois de septembre avec l'ensemble du projet de loi de finances".

Nous rendons l’impôt plus intelligent

Même son de cloche du coté de Pascal Canfin. Le ministre du Développement, a lui aussi assuré qu’il ne s’agit pas "d’un impôt supplémentaire".

Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, est même allé jusqu’à promettre qu'il n'y aurait pas de "nouveaux impôts supplémentaires" durant le quinquennat.

L'instauration d'une contribution climat-énergie était une revendication d'Europe écologie-Les-Verts.

A La Rochelle, tout le monde est tombé des nues. On donc bien parler d’un nouveau couac

La contribution climat-énergie, on n'a parlé que de cela ou presque aujourd'hui à la Rochelle, où à débuté l'université d'été du PS, au risque de faire voler en éclat l'image d'unité, que l'Elysée souhaitait donner à ce rassemblement à quelques mois des élections municipales.

A la Rochelle, Marc Fauvelle

La mesure, réclamée de longue date par les écologistes, compte aussi des détracteurs au sein de la majorité.

Le sénateur-maire de Dijon, François Rebsamen ne s'est pas privé de le dire

__

Cette taxe, ne serait pas un nouvel impot. Matignon l'assure

Il ne s'agirait que de verdir une fiscalité existante en "taxant, par exemple, la consommation d'énergie polluante. Mais la mesure devra concerner autant les entreprise que les ménages pour passer l'écueil du Conseil constitutionnel. Mais pour les familles on imagine des compensations.Les explications de Marion L'Hour

Le projet, tel qu'il est présenté suscite déjà de vives oppositions, au sein du Medef notamment. L'organisation dénonce un mauvais coup qui serait porté aux entreprises.

Mots-clés :
Derniers Articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.