arrestation à nice d’une candidate au djihad en syrie et de son recruteur présumé
arrestation à nice d’une candidate au djihad en syrie et de son recruteur présumé © reuters

Un couple et ses quatre enfants (dont trois issus de mariages précédents et un bébé d'un mois et demi) étaient introuvables depuis trois semaines. Jusqu'à ce qu'on découvre ce lundi qu'ils sont partis pour la frontière turco-syrienne.

Faire ses valises et partir pour le djihad en Syrie : c'est visiblement ce qu'ont fait les parents de cette famille de six personnes, dont on n'avait plus de nouvelles depuis trois semaines. Leurs ex-conjoints avaient donné l'alerte en constatant la disparition de leurs enfants, trois petites filles de trois à cinq ans, avant de déposer une plainte.

Le parquet de Vienne a finalement confirmé la pire des hypothèses : oui, selon le procureur de la République Matthieu Bourrette, la famille est bien partie pour rejoindre la guerre civile en Syrie.

Nous avons su en fin de matinée que l'ensemble de la famille, les deux adultes et les quatre enfants, avait effectivement quitté le territoire national et pris un vol depuis la Suisse jusqu'en Turquie, puis un vol intérieur jusqu'à la frontière turco-syrienne. Il y a quelque chose manifestement de préparé. Les comptes bancaires ont été arrêtés, les véhicules ont été remisés.

Un phénomène qui prend de l'ampleur

C'est la première fois que l'on a connaissance d'une famille entière partie pour la Syrie. Les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur évoquent près de 950 Français en lien avec des filières djihadistes, qu'ils aient simplement fait le projet de partir ou qu'ils soient déjà revenus d'un séjour sur place. Ils seraient 350 à se battre en Syrie aujourd'hui.

Des candidats aux profils divers, avec de plus en plus de femmes et un nombre conséquence de mineurs : un quart des signalements à la plateforme dédiée concerne des jeunes de moins de 18 ans.

Un phénomène qui interpelle Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat des directeurs de collèges et de lycées (au micro de Sonia Bourhan)

Les parents de la famille iséroise partie le mois dernier font l'objet de deux mandats d'arrêt européens et de deux enquêtes, l'une pour "disparition inquiétante de mineurs" et l'autre pour "soustraction de mineur par ascendant".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.