Pour ou anti euthanasie, mais contre le projet de loi
Pour ou anti euthanasie, mais contre le projet de loi © MaxPPP

Les députés français commencent ce mardi l'examen d'une proposition de loi pour accompagner la fin de vie. Un texte censé aller plus loin que la Loi Léonetti, notamment par la proposition de sédation profonde.

Le texte - l'une des promesses de François Hollande durant la campagne - a été élaboré à partir du rapport présenté en décembre dernier par les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP). Son but : dépasser la loi de 2005 - dite "loi Leonetti" -. La proposition de loi propose une "sédation profonde et continue" pour les patients en phase terminale sans aller jusqu'à l'euthanasie et rend contraignantes pour les médecins les directives anticipées laissées par les malades.

Un millier d'amendements ont été déposés sur le texte. L'Assemblée doit se prononcer le 17 mars par un vote solennel sur l'ensemble du texte que le Sénat devrait examiner à son tour en avril ou mai.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Ecoutez le témoignage de Fabienne Bidaux, elle avait 48 ans et elle était atteinte d'un cancer généralisé. Elle a choisi d'aller en Suisse pour bénéficier d'un suicide assisté

Le texte fait l'unanimité au sein de l'Assemblée, ou presque...

Si UMP, UDI, PS et Front de Gauche sont majoritairement pour ce texte, des élus socialistes, écologistes et radicaux de gauche estiment qu'il ne va pas assez loin et proposent, dans un amendement, de légaliser le suicide médicalement assisté et l'euthanasie.

Symétrie à droite avec ceux, qui à l'UMP, qui ont mené bataille contre le mariage pour tous, et qui s'élèvent contre ce qu'ils considèrent comme "un droit à la mort".

Associations et religieux

La crainte que la sédation soit un suicide déguisé, on la retrouve avec l'association "Soulager mais pas tuer" , un collectif d'associations emmenées par Alliance Vita, mouvement proche de la Manif pour tous.

A l'exact opposé, l'association pour le "Droit à mourir dans la dignité" demande depuis toujours la légalisation du suicide assisté. Les deux associations se feront face, mardi, aux abords de l'Assemblée

Dans un appel publié lundi dans Le Monde, cinq responsables religieux représentant les grandes croyances lancent un appel "commun, inquiet et pressant" contre l'emploi de la sédation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.