Les candidats à la candidature pour la primaire à droite
Les candidats à la candidature pour la primaire à droite © MaxPPP et Sipa

La Haute autorité de la primaire formalise ce vendredi les conditions de participation à l'élection interne de Les Républicains, en mettant notamment en ligne les bulletins de parrainage et en publiant un "guide électoral".

Le guide électoral comprenant l'ensemble des règles édictées pour le bon déroulement du scrutin va être remis aux 11 candidats déclarés, ainsi que la "charte de la primaire" et un formulaire type de parrainage. Pour participer à la primaire, un candidat doit être parrainé par au moins 250 élus répartis sur au moins 30 départements, dont au moins 20 parlementaires, et par au moins 2.500 adhérents sur au moins 15 départements.

Les candidats déclarés jusqu'ici sont Jean-François Copé, Geoffroy Didier, François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Frédéric Lefebvre, Hervé Mariton, Nadine Morano, Jacques Myard et Jean-Frédéric Poisson. Nicolas Sarkozy pourrait se déclarer fin août-début septembre.

Cette période de trop plein de candidats s’achèvera le 9 septembre, jour du dépôt des parrainages

François Fillon, qui martèle sa détermination à aller "jusqu'au bout" malgré des sondages défavorables, n'a pas attendu le formulaire pour publier une liste de 72 parlementaires qui le soutiennent. Un nombre bien supérieur aux parrainages nécessaires (20), manière de montrer les muscles mais aussi de réduire d’autant plus le stock disponible pour les autres candidats.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy parviendront eux aussi sans peine au quota nécessaire de parrains. C'est probalment également le cas de Bruno Le Maire et de Jean-François Copé. Hervé Mariton, Nadine Morano, Nathalie Kosciusko-Morizet, Geoffroy Didier et Frédéric Lefebvre sont à la peine.

Comment éviter de revivre la guerre Fillon-Copé

Ce vendredi matin, la Haute Autorité de la primaire publie également le "guide électoral" du scrutin, avec des règles précises pour les candidats, notamment concernant leur comportement.

Il ne s'agit pas d'un "code de bonne conduite" à proprement parler, mais des "droits et obligations" des concurrents. Dès le premier article, ils s'engagent à soutenir le vainqueur de la primaire et à participer à sa campagne présidentielle. Un moyen clair d'éviter les candidatures dissidentes, pour ne pas revivre l'ambiance de 2012, la guerre Fillon-Copé pour la présidence de l'UMP.

La Haute Autorité indépendante a quelques armes, comme les rappels à l'ordre rendus publics, notamment en cas de diffamation ou d'injure. Les candidats peuvent également être convoqués mais jamais sanctionnés. "Comme lors d'une présidentielle" explique un responsable des opérations. "On arbitre avec des cartons jaunes mais sans cartons rouges". Selon lui l'idée d'être montré du doigt devrait suffire à dissuader. Pas si sûr. Les candidats eux, jurent la main sur le cœur qu'il n'y aura pas d'attaque personnelle, uniquement sur le projet.

Un guide, des règles, mais aucune précision, en revanche, sur le financement des campagnes. ¨Pas de somme maximale fixée. C'est le prochain Bureau Politique du parti Les Républicains qui devrait le trancher.

infographie primaire Les Républicains
infographie primaire Les Républicains © Visactu
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.