Les propos de Martine Wonner passent de moins en moins auprès de son groupe Libertés et Territoires à l'Assemblée nationale. Ses propos anti-vaccin la laissent isolée, elle a même décidé mardi de se mettre en retrait de son groupe parlementaire, après une énième sortie sur la crise sanitaire, selon elle, mal gérée.

La députée Martine Wonner à l'Assemblée le 10 mai 2021.
La députée Martine Wonner à l'Assemblée le 10 mai 2021. © AFP / Daniel Pier / NurPhoto

L'allocution d'Emmanuel Macron laisse des traces : plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer les annonces du chef de l'État. Le président du parti "les Patriotes", et ex-bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, appelle à une manifestation contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale samedi à 15h à Paris. Martine Wonner, ex-LREM, s'oppose elle aussi complètement à Emmanuel Macron. L'élue du Bas-Rhin a fustigé un président en perdition après son allocution lundi soir, elle a appelé à dire "stop à la dictature".  

Des propos controversés depuis le début de la crise sanitaire

La députée n'en est pas à son coup d'essai. Elle a régulièrement alimenté les polémiques avec ses propos controversés durant la crise sanitaire. Elle avait suscité de nombreuses critiques à l'Assemblée nationale en estimant que le port du masque ne servait à rien. On l'avait vue aussi, écharpe tricolore en travers du buste, manifester avec les "anti-vax".

Cette semaine, Martine Wonner persiste et signe : "Nous sommes face à des mesures totalement disproportionnées par rapport à la réalité de l'épidémie en France. Nous n'avons aucune assurance toujours et encore de l'efficacité de ce vaccin, surtout vis à vis d'un nouveau variant. Cette stratégie vaccinale est très étonnante", déclare-t-elle à France Inter. À l'Assemblée nationale, les parlementaires de son groupe Libertés et Territoires sont de plus en plus gênés par ses propos.

Comme le député radical de gauche de La Rochelle-Ile-de-Ré et membre de libertés et territoires, Olivier Falorni : 

"Quand j'entends une députée de la République parler de crime contre l'humanité en évoquant la politique sanitaire, c'est pour moi quelque chose véritablement d'insupportable."

La position de Martine Wonner a d'ailleurs fait se mettre en retrait du groupe parlementaire la députée du Tarn-et-Garonne Sylvia Pinel. L'élue du Bas-Rhin en a fait de même, tout en restant apparentée à Libertés et Territoires, "pour apaiser les choses", dit-elle. D'autres pourraient suivre, dont Olivier Falorni. Selon le député, les propos de Martine Wnner "ont mis le feu dans ce groupe" et il se demande, avec d'autres, quelle attitude adopter dans les prochains jours. La polémique autour de la vaccination pourrait donc bien faire voler en éclats un groupe parlementaire.